Connect with us

Divers

Présence massive de malades mentaux à Labé : le préfet pointe un doigt accusateur sur les parents

Dans la commune urbaine de Labé, chef-lieu de la Moyenne Guinée, le constat révèle une présence massive de malades mentaux un peu partout. Ces déréglés mentaux sont laissés à eux-mêmes et plusieurs citoyens sont souvent victimes d’agression par ces laissés-pour compte. Une situation que déplore le préfet de Labé qui pointe un doigt accusateur sur les parents.

« Même les fous ont des parents, ils ne sont pas descendus du ciel. En plus, ceux qui les rendent fou, c’est la consommation de la drogue et des autres stupéfiants comme la colle. La majeure partie d’entre eux qu’on rencontre à longueur de journée, sniffent de la colle. Beaucoup sont ces fous que moi-même, j’ai ramené chez eux. Il y a un fou à Labé qui a l’une de ces lèvres déchirées, il a été victime d’un accident de la circulation, je l’ai amené à l’hôpital. Après les soins médicaux, je l’ai ramené chez ces parents. Quelques jours après, il est revenu en ville. Si ses parents le laisse partir, qu’est-ce que nous pouvons faire ? Tant que chaque personne n’arrive pas à reconnaître que c’est une souffrance pour nous, ça ne marchera pas. Aujourd’hui, si le fou ne trouve pas une personne sur qui déchaîner sa colère, il ira chez ses parents », estime le préfet, Elhadj Safioulaye Bah.

Poursuivant, le préfet soutient qu’éduquer son malade mental va dans l’intérêt de tous. « Les citoyens doivent comprendre qu’éduquer les fous, c’est dans notre intérêt. Ce n’est pas le jour de tes funérailles que les gens doivent venir avec des habits de luxe, faire des sacrifices et dire que tu étais une bonne personne. Il faut que nous sachions, si nous ne prenons pas soin de nos fous, Dieu ne nous le pardonnera jamais  et il ne faut pas espérer le paradis après. Ça me fait mal que ces choses se passent chez nous… ».

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. CONDÉ ABOU

    12 janvier 2019 at 0 h 26 min

    Je m’empresse de rendre un hommage très appuyé à Monsieur le Préfet de Labé pour la pertinence de sa préoccupation et le devoir qui interpelle toute la société pour prendre en charge les traitements indispensables en faveur des malades mentaux et qui ont droit à la dignité comme toutes les autres personnes.

    Malheureusement, il y a pis que ce qu’il a dit, un peu partout dans les grandes villes Africaines que cette tragédie qui se passe à Labé, au vu et au su de tout le monde, y compris, l’Etat, les collectivités décentralisées, et les parents des malades mentaux.

    Médiaguinée, bonsoir. Voici une interview réalisée en 2017 par votre confrère du Monde, Pierre Lepidi avec un psychiatre Français en retraite, Dr. Pierre Sans.
    Dr. Pierre Sans, Psychiatre à la retraite depuis 2013, a exercé en libéral et dans le service public en France, notamment à l’hôpital Saint-Jacques de Nantes et dans les hôpitaux de Rodez et de Carcassonne.

    En tant que psychiatre bénévole, il a effectué plusieurs séjours en Afrique (Bénin, Madagascar…) et a publié en 2016 ses mémoires de Médecin dans Chroniques d’un psychiatre libertaire (éd. CSIPP).

    Selon lui, « en Afrique, les malades mentaux meurent dans l’indifférence générale ». Enchaînement, maltraitance, abandon… Le psychiatre Pierre Sans appelle les Etats à leurs responsabilités dans la prise en charge des pathologies psychiatriques.

    « Dans plusieurs pays d’Afrique, les personnes atteintes de handicaps psychosociaux sont parfois perçues comme possédées par des esprits malins ou des démons, écrit l’ONG Human Rights Watch dans un Rapport publié en Octobre 2017.

    En raison de ces superstitions et du manque de services locaux de santé mentale, certaines familles enchaînent les malades à leur domicile ou les abandonnent dans des camps, où ils restent parfois attachés à des arbres pendant des années. »

    Même si la situation des malades mentaux tend à s’améliorer dans certains pays comme le Ghana, où, selon l’ONG, « le Gouvernement devrait financer de manière adéquate les services de santé mentale pour mettre fin à la pratique de l’enchaînement », il n’y a souvent pas – ou très peu – de structures pour les accueillir.

    Comment sont perçus les malades mentaux dans les pays où vous avez travaillé ?

    Selon le psychiatre Pierre Sans, il faut regarder la réalité en face : personne ne s’occupe d’eux et ils vivent dans des conditions souvent épouvantables. En fait, personne ne se sent réellement concerné par leur sort, et certainement pas les autorités.

    Un haut responsable politique ou économique avec un enfant autiste ou un frère schizophrène trouvera toujours des moyens suffisants pour le faire soigner à Paris ou à Londres.

    Mais dans le reste de la population, les malades mentaux crèvent dans l’indifférence générale. Tant que le malade ne dérange personne, on lui fiche la paix et on le tolère. Mais dès qu’il commence à être agité, à faire du scandale ou à devenir agressif pour lui-même ou pour autrui, on le boucle dans une cave et parfois on l’enchaîne.

    Au Bénin, on confie parfois les déficients mentaux à certaines « églises » qui sont en réalité des sectes. Elles les mettent dans des camps où ils prient du matin au soir, avec de temps en temps une bonne bastonnade pour faire sortir l’esprit malin qui serait en eux.

    J’ai vu cette pratique à Madagascar, où on considère qu’une raclée est efficace pour purifier le corps… Si la violence n’est pas suffisante, la pratique de l’enchaînement est courante. Au Burkina Faso, on a découvert dans un camp tenu par une secte 150 déficients mentaux enchaînés dans des conditions atroces.

    LE PROBLEME VIENT-IL DE LA FORMATION ?

    Il faut faire comprendre que la psychiatrie est une branche de la médecine et non une pratique religieuse, évangélique ou animiste. Dans tous les pays du monde, la schizophrénie, par exemple, est une maladie mentale qui touche 1 % de la population générale.

    Comme pour l’autisme ou les troubles bipolaires, il peut y avoir des variations, mais elles sont dues aux difficultés de diagnostic. Les maladies mentales touchent toutes les populations dans des proportions sensiblement équivalentes.

    Or la densité des psychiatres dans la plupart des pays africains est de l’ordre d’un pour 500.000 habitants. La situation peut même être pire, comme à Madagascar où on trouve un psychiatre pour 1 million d’habitants.

    QUELLES SONT LES RECOMMANDATIONS DE L’OMS EN LA MATIÈRE ?

    Selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il faudrait un psychiatre pour 5.000 personnes, ce qui signifie que le rapport entre les préconisations internationales et la réalité est de l’ordre du centuple.

    La seule solution raisonnable qui a été proposée par l’OMS pour les pays d’Afrique de l’Ouest serait de confier aux infirmiers (Bac +3), si possibles spécialisés (Bac +5), la possibilité de faire des diagnostics et des prescriptions de psychotropes.

    À condition bien entendu qu’ils soient supervisés par des médecins du pays. Mais que faire des malades toute la journée ? Dans les villages, on les enferme dans des cases. En ville, on les laisse errer dans les rues à moitié nus et ils survivent en buvant l’eau des caniveaux.

    COMMENT VIVENT-ILS DANS DES CENTRES DE SOINS COMME CELUI DE SAINT-CAMILLE-DE-LELLIS, AU BÉNIN, OU VOUS AVEZ TRAVAILLÉ ?

    A ma retraite en 2013, j’ai vu un reportage sur cette Association, dirigée par Grégoire Ahongbonon, qui recueille d’anciens malades enchaînés. Au cours d’un premier séjour d’un mois début 2014, j’ai trouvé ces centres fascinants. Mais lors d’un second séjour, toujours en 2014, j’ai été très déçu.

    Grégoire Ahongbonon reconnaît lui-même n’avoir « aucune formation médicale » et se définit comme« un ancien réparateur de pneus ». Or il participe à la mise en place des traitements, avec parfois de graves erreurs de diagnostic.

    Plus grave, d’anciens malades se disant « aides soignants » font de même, avec son accord et celui de médecins occidentaux fascinés par son charisme, comme j’ai pu l’être à un moment.

    J’ai vu des gens avec des accès délirants aigus ou des psychoses post-partum, qui sont des phénomènes réversibles, être soignés comme des schizophrènes.

    Tous ou presque sont soumis à un traitement qui n’a plus cours dans des pays occidentaux, puisqu’on leur injecte du fluphénazine à effet retard, un neuroleptique très lourd qui les transforme en zombies avec de très graves effets secondaires.

    J’ai aussi vu des patients qui, après leur douche, étaient laissés nus en plein soleil pour sécher.

    QUELLES SOLUTIONS SERAIENT ENVISAGEABLES ?

    Il faut que les Etats reprennent la main sur ce type de structures qui concernent à l’heure actuelle plus de 60.000 malades. Il faut que des audits soient lancés sous le contrôle de l’OMS.

    Le fonctionnement de ce type de centres doit également être assaini pour garantir le respect des malades et assurer la transparence des flux financiers.

    Bonne soirée chez vous, Médiaguinée, et grand merci pour le choix de ce thème d’intérêt public un peu partout dans les grandes villes Africaines.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook

  • Ebola en RDC, une urgence mondiale 19 juillet 2019
    Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.
  • Les ordures aggravent les inondations à Conakry 19 juillet 2019
    Les déchets qui s'accumulent dans les caniveaux empêchent les eaux de s'écouler. Les constructions anarchiques causent également des problèmes en période de fortes pluies.
  • Tueries en Ituri: un silence qui fait écho 19 juillet 2019
    Dans les artères de la ville de Bunia en RDC, des jeunes ont défilé avec la tête d'une jeune femme décapitée. Leur but était de crier leur détresse, tout en espérant des réactions de la part des autorités.
  • Le désarmement a commencé en RCA 19 juillet 2019
    Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion est enfin dans sa phase exécutoire. Cinq groupes armés ont engagé le processus, selon la Minusca.
  • Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ? 19 juillet 2019
    Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.
  • Le Sénégal mobilisé autour des Lions de la Teranga 19 juillet 2019
    Le Sénégal va affronter l’Algérie à 19 H temps universel pour le compte de la finale de la coupe d’Afrique des Nations. Tout le peuple est derrière ses Lions face aux Fennecs.
  • Urgence mondiale ou pas, la riposte contre Ebola se poursuit 18 juillet 2019
    L'Organisation mondiale de la santé a donc relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'urgence sanitaire mondiale. Une décision qui laisse le docteur et ministre congolais de la Santé sceptique.
  • La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter 18 juillet 2019
    Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.
  • La directrice de la police judiciaire limogée au Burkina Faso 18 juillet 2019
    L'affaire des corps de 11 personnes retrouvés sans vie dans les locaux de l'Unité antidrogue continue de défrayer la chronique au Faso. Depuis, des mesures disciplinaires ont été prises au sein de la police nationale.
  • Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie 18 juillet 2019
    Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.
  • Angie et ses drôle de dames 18 juillet 2019
    Les journaux commentent le "coup" d'Angela Merkel. La chancelière a réussi a placé ses deux alliées les plus fidèles à des postes clefs : exécutif européen pour Ursula von der Leyen et ministère de la Défense pour AKK.
  • Allemagne: quel est le programme anti-immigration de l'AfD ? 18 juillet 2019
    Connu pour ses sorties controversées, quel est le réel programme du parti d'extrême-droite en matière d’immigration ?
  • Rapprochement germano-russe lors d'un sommet en Allemagne 18 juillet 2019
    Malgré l'absence d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine, pour la première fois depuis 2014, les ministres des Affaires étrangères allemand et russe se retrouvent ce jeudi à Bonn en Allemagne.
  • Oly Ilunga s'interroge sur les motivations de l'OMS 18 juillet 2019
    Après la décision de l'OMS de déclarer l'épidémie d'Ebola urgence sanitaire mondiale, Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, réagit sur notre antenne. Selon lui, sur le terrain, cela ne va rien changer.
  • Crise anglophone au Cameroun: des parlementaires allemands proposent une médiation 18 juillet 2019
    La crise dans les provinces anglophones s’enlise. C’est dans ce contexte qu’une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.
  • Soudan du sud: un système de plus en plus répressif 18 juillet 2019
    Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les adversaires politiques du pouvoir en place à Juba, y compris à l’étranger.
  • Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale 18 juillet 2019
    Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.
  • CAN 2019 : Le Nigeria termine troisième 18 juillet 2019
    Dans la petite finale, les Super Eagles ont battu la Tunisie 1-0 et montent sur le podium. C'est la septième fois de l'histoire que le Nigeria termine troisième de la CAN.
  • Trump, un président raciste à la Maison Blanche? 17 juillet 2019
    Les derniers propos de Donald Trump au sujet de quatre élues démocrates à la peau foncée ont décidément du mal à passer. Par tweets interposés, le chef de la Maison Blanche les a accusées de haïr l'Amérique.
  • "Que c'était juste" pour Ursula von der Leyen 17 juillet 2019
    Les journaux allemands reviennent sur l'élection d'Ursula von der Leyen  à la tête de la Commission européenne. D'ici à son entrée en fonction le 1er novembre, elle doit constituer une nouvelle Commission.