Présidentielle 2020 : Kpoghomou, allié de Cellou parle d’un ‘’recul inquiétant de la démocratie” en Guinée

Print Friendly, PDF & Email

Sur sa page Facebook, le leader du l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (UDRP) Edouard Zoutomou Kpoghomou, candidat recalé à la présidentielle du 18 octobre dernier et allié de Cellou Dalein Diallo dit être très déçu du déroulement du processus électoral en Guinée. Lisez !!!

En Guinée nous assistons à un recul inquiétant de la démocratie et à l’instauration d’une dictature féroce, avec toutes les inquiétudes sécuritaires adjacentes à toutes les démarches machiavéliques actuelles en cours.

En effet, les élections présidentielles du 18 octobre ont été émaillées de graves atteintes à la démocratie partout en Guinée et surtout dans la préfecture de Yomou. Si la grande réception réservée au candidat Cellou Dalein Diallo à N’Zérékoré était l’expression de l’attachement de tout un peuple aux idéaux de changement et d’une alternance véritables, si le refus des populations de Yomou de recevoir M. Alpha Condé ont été de véritables camouflets infligés au pouvoir de Conakry, ils ont été un détonateur qui a mis en branle la machine infernale de fraude de M. Alpha Condé et de son clan.

A Yomou comme un peu partout en Guinée d’ailleurs, les campagnes d’intimidation et les arrestations arbitraires se sont intensifiées. Sur ordre de la CEPI de Yomou, M. Théophile Maomou Directeur de la Communication de l’UDRP et ses collègues, qui font partie de l’équipe conjointe de campagne ANAD-UFDG, ont été mis aux arrêts en voulant simplement protester contre le vol systématique organisé par les autorités administratives, la CEPI et les corps habillés pour le bourrage et la substitution frauduleuse des urnes. En tant que Coordinateur de la région No 7 de campagne de l’UFDG comprenant N’Zérékoré, Lola, Beyla, Macenta et Yomou, je suis aux trousses des autorités locales et régionales pour exiger la libération immédiate de M. Maomou et ses collègues, et leur exprimer toute mon amertume devant ces graves manquements aux règles de démocratie. Au moment même où je transcris ces lignes, ces autorités sont injoignables et à pied d’œuvre dans la poursuite de leur sale besogne de bourrage d’urnes.

Moins du quart des cartes d’électeurs reçues sont parvenues à leurs destinataires, le reste de ces cartes ayant été confisquées illégalement pour des fins de distribution frauduleuse. Nous vous reviendrons avec plus de détails !

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.