Présidentielle : le CNOSCG dénonce la non-prise en compte du contexte de crise sanitaire dans la fixation de la caution

Print Friendly, PDF & Email

Après les avis des partis politiques qui estiment que la caution de 800 millions de nos francs pour la participation à la présidentielle du 18 octobre est exorbitante, le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne, à travers sa commission de suivi du processus électoral, vient de publier le rapport des constats tirés du terrain. C’était ce jeudi 3 septembre 2020 au cours d’un point de presse à son siège de Dixinn.

Dans ce rapport, la commission déplore la non-prise en compte de la cherté de la vie en cette période de crise sanitaire par la CENI dans la fixation de la caution de participation à l’élection présidentielle prochaine.

« Le comité estime que la caution de 800 millions de francs guinéens pourrait limiter les chances de concourir de certains nouveaux partis et de ceux ayant une assise financière modeste. Le comité persiste à penser que la CENI aurait pu, dans sa prise de décision sur le cautionnement, pendre en compte le contexte économique fragile exacerbé par la crise sanitaire de la Covid-19.  Le comité avise sur le fait que les décisions relatives au cautionnement et au plafonnement des dépenses de campagne ne sauraient être efficaces, sans un monitoring de leur application par la CENI et surtout des organisations de la société civile, pendant et au terme du processus électoral », explique Macky Guissé. Et de poursuivre : « En se référant à tout ce qui précède, la commission de suivi du processus électoral a fait des recommandations. Entre autres, veiller à la neutralité et à l’impartialité entre les acteurs du processus électoral ; rendre plus transparente et cohérente la révision des listes électorales par le respect des dispositions prévues par le code électoral ; favoriser les conditions pour un dialogue inclusif, transparent et sincère entre les acteurs ; publier dans les délais requis, les résultats de la révision exceptionnelle de la liste électorale ; faire le monitoring des décisions relatives au plafonnement des dépenses de campagne. »

Mohamed Cissé    

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.