Présidentielle – Obama: il faudra plus d’une élection pour restaurer la vérité dégradée aux USA

Print Friendly, PDF & Email

L’ancien président américain démocrate Barack Obama estime qu’il faudra plus d’une élection pour “renverser les tendances” aux Etats-Unis, plus polarisés que jamais en fin de mandat du républicain Donald Trump.

Dans un entretien accordé à la chaîne publique britannique, BBC, dimanche M. Obama constate que les Américains sont très divisés à l’heure actuelle “certainement plus que quand j’ai mené campagne pour la première fois en 2007 et remporté l’élection en 2008”.

“Cela peut en partie être attribué à notre président actuel (le républicain Donald Trump, NDLR) qui a activement nourri ces divisions parce qu’il pensait que cela était favorable à ses politiques. Mais cela lui précédait et cela va lui survivre”, analyse l’ex-dirigeant américain.

M. Obama déplore que les “théories du complot folles” et la “dégradation de la vérité”, notamment que “les faits ne comptent pas”, ont “énormément contribué” à polariser les Américains. Les USA sont face selon lui désormais au défi d’inverser cette culture qui a exacerbé les divisions au sein du pays. “Cela prendra plus d’une élection pour renverser ces tendances”, relève toutefois M. Obama en cours d’entretien.

Le démocrate est d’avis que la victoire de Joe Biden, son ancien vice-président, lors de l’élection présidentielle de 2020 n’est que le début de ce travail de réparation de ces divisions. Début novembre, le candidat démocrate Joe Biden a remporté 306 grands électeurs lors de l’élection présidentielle, contre 232 au président sortant Donald Trump, qui n’a cependant pas encore concédé sa défaite. Il déplore en revanche un scrutin “truqué”, ce qui n’est toutefois pas corroboré.

“Ce qui est intéressant et triste durant cette élection”, note encore M. Obama, “est que ce manque de fidélité à la vérité a des conséquences quand la promotion en est faite par le premier élu du pays”, le président sortant Donald Trump dont il ne mentionne toutefois pas le nom.

“La pandémie est un exemple classique de la réalité qui frappe en retour”, signale encore M. Obama. Aux États-Unis, qui comptent environ 330 millions d’habitants, plus de 10,7 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus depuis le début de la pandémie. Quelque 244.300 patients en sont morts.

Belga

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.