Presse guinéenne en deuil : Ibrahim Bah de la RTG s’en est allé ! (Moïse Sidibé)

Print Friendly, PDF & Email



Parmi les journalistes de la 3ème génération de la RTG, Ibrahim Bah dit Alain Bruno, a été, à mon avis, l’un des plus brillants. Je le dis ainsi pas pour son professionnalisme, mais par sa prestance devant le micro: une élocution parfaite qu’il a soigné au fil des ans. Professionnellement, en tant que reportère sportif, c’est un journaliste quelconque parce qu’il n’a jamais su identifier et nommer les joueurs guinéens comme adverses. C’est un reproche que je n’ai cessé de lui faire durant tout sa carrière.
En effet Ibrahim Bah est un voisin de quartier. Quand il quittait le plateau de la RTG ou quand il revenait de l’étranger, tous les amis s’attendaient à le voir chez moi .
Anecdote : L’AS-Kaloum devait jouer à Dakar. Alain Bruno devait couvrir le match ,mais par une confusion inexplicable entre les Finances et le ministère des Sports, il n’a pas pu entrer en possession de son billet. Pendant que Gassimou Sylla attendait dans les studios de la RTG à Boulbinet l’appel de l’envoyé spécial à Dakar, Ibrahim Bah était à la Colline de Dabondy. C’est le soir vers 18h,  que je l’ai accompagné à l’aéroport pendant que le match se jouait à Dakar. La suite , vous pouvez la deviner.
Ibrahim Bah,  était mince. Il est tombé dans la marmite du potion magique comme Obélix pour devenir gros. En grossissant il mangeait. Impossible de le faire reculer devant cette idée. Il trouvait partout ou il y’a à grailler et m’y conduisait même dans des endroits insolites comme chez Koutoubacou ; par contre il me conduisait aussi dans des endroits insolites d’ambiance. Féru de la mélodie,  comme moi, d’ailleurs, on a suivi Kémo Kouyaté partout. En bon citoyen, il faut que je mette un accent particulier là-dessus, Ibrahim Bah ne semblait pas être un bon produit de l’université guinéenne.  Excusez-moi  de le dire ainsi parce que de tous mes amis sortis de la même université guinéenne, je n’ai pas rencontré un homme au civisme si affirmé. À l’avènement du PM Lansana Kouyaté,  on a eu du courant électrique en constance pendant 6mois. Pendant les 3 premiers jours, il venait me prendre dans sa voiture pour haranguer les populations riveraines de la T-1. Il vociférait en poulard :”éteignez les ampoules, éteignez les ampoules “, et les populations en rigolaient, par sa perceverance les ampoules finirent par s’éteindre.
Encore un autre trait d’amour pour la culture de son pays: il a gardé de bons souvenirs de sa jeunesse pour les chœurs des ensembles guinéens. Un jour , chez madame ” T ” il était venu avec un cd contenant les chœurs Mambi , Militant Pdg mounafangni , yahadi guéré et Pdg …
Ses amis lui on fait des reproches, il m’a tendu le  cd : tiens, Moïse, je te le donne.
Ce sont des choeurs révolutionnaires , et comme la révolution a été,  à tort ou travers considérée comme répressive uniquement contre une communauté, il faut jeter le bébé avec l’eau du bain. Alain Bruno ne le considérait pas ainsi. Pour lui, c’était la valeur hautement musicale qu’il a mise en avant. Frappé par un AVC depuis 2013 abandonné de tous ses amis, y compris par moi-même, comme par une force maléfique qui m’éloignait de lui, c’est par un choque que j’ai appris son décès.
La question qui me reste à poser est de savoir pourquoi certains AVC font des ravages irréversibles et pas d’autres. Quand on m’a annoncé le décès de mon ami paralysé depuis 2013 , je me suis regardé dans le miroir …
Avec la disparition de Alain Bruno, la perte est immense pour tout ceux qui l’ont connu. Je présente mes condoléances particulières à Fodé Tass Sylla et à tous ses amis.
Que Dieu te pardonne, cher ami

Moïse Sidibé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.