Prévention pour ne pas que la route Coyah-Dabola devienne une « arène » pour les accidents de la route 

Print Friendly, PDF & Email


🔴TRIBUJNE] En me basant sur l’excès de vitesse comme première cause des accidents graves et mortèls sur nos routes, ma récherche de proposition de solutions contre l’éventualité de ce fléau sur cet axe de route me conduit à mettre sur ma table d’analyse les deux hypothèses dilemmatiques suivantes:       ☆ 1) Faudrait-il réaliser cette route avec vitesse de base de 90 km/h (qui sied pour la catégorie de route choisie), confort, durée optimale de trajet et moindre coût d’exploitation des engins roulants, visés. Parallèlement, qui entraînerait l’aisance dans la conduite des engins et laisserait le compteur de vitesses à la merci du « maître », au risque malheureusement de voir certains indélicats appelés « conducteurs » transformer la future infrastructure routière Coyah-Dabola en un lieu où le décompte macabre des accidents de la route serait, hélas, grave et imprévisible qui s’y produiraient .
☆ 2) Ou alors, pour éviter la foultitude d’accidents graves, liés aux excès de vitesse en particulier, arrivés y compris en affectant la route aussi, faudrait-il tolérer l’installation à plusieurs endroits des ralentisseurs de vitesse communement appelés des dos d’âne dont nombreux parmi eux pourraient être du type sauvage . Accepter que des populations victimes du moindre accident de la route imposent chaque fois leur dictat ou vendetta dans leur localité.,  ou que de nombreuses tracaséries soient nécessaires tout au long de ce  trajet au motif d’empêcher des accidents de la route, en particulier liés à l’excès de vitese, de se produire sur la route en question.
Évidement, la première variante est de loin celle qui convienne pour notre futur grand axe routier. 
Les avantages cités dans la variante rétenue ne sauraient se réaliser efficacement et durablement en déhors de la participation généreuse et constante de la sécurité routière, soeur jumelle et fidèlede la circulationn routière.   L’ observance correcte et constante de la sécurité routière par tous les usagers de la route et des agents de la routiere, chacun en ce qui le concerne contre les accidents de la route est une condition non négociable pour faire de la route un havre de paix et de bonheur. En Guinée comme ailleurs, cette démarche est incontournable.
Malheureusement, au régard des points faibles de notre écosystème en matière de sécurité routière, le risque de voir la deuxième variante émerger en lieu et place de la première hypothèse n’est pas à écarter. Pour  causes, des comportements humains de plus en plus accidentogènes et inacceptbes pourraient pousser à ce que des dos d’âne germent çà et là sans pour autant pouvoir fléchir même d’un iota l’intensité des accidents de la circulation routière ou empêcher leur désiderata sur cette infrastructure rouière, au grand dam des vertueux usagers de la route.
De ce qui précède, j’attire l’attention de tous pour faire de nos routes un cadre de vie à part entière, où les risques doivent être anéantis constamment et surtout l’obligation pour chacun de nous de préserver non seulement sa propre vie, mais aussi de contribuer pour la garantie de celle des autres dans la circulation routière.  En n’y faisant fi, individuellement et collectivement, ce fléau demeurera une menace grandissante contre nous tous, sans exclusive.
Le dernier bilan des accidents de la route lors de la fête de Ramadam du 2 et le 3 mai 2022 passés, officiellement parlant est de 6 morts à Conakry et dans le reste pays, 5 blessés grâves, des dégâts matériels importants. Cela doit marquer une fois encore chacun de nous. Après l’annonce de ce bilan malheureux, dans le régret, on a souhaité un répos éternel en paix aux morts,  exprimé des condoléances aux proches des victimes et enfin souhaiter prompt rétablissement aux blessés de ces différents accidents de la circulation routière dans notre pays.
Aux usagers de la route, aux populations et à l’État, n’admettons pas que les accidents de la route s’imposent à nous en norme de société. En d’autres termes, évitons que l’anormal s’impose en normal dans nos façons de faire.
Sévir contre les accidents de la route est donc un combat noble et légitime pour soi-même et pour autrui.
Ensemble, faisons de cette lutte une cause nationale à gagner à tout prix.

Balla Moussa Konaté, ingénieur des ponts et chaussées.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.