Primature, nouveau gouvernement : voici ce que ferait Makanéra s’il était président…

Print Friendly, PDF & Email

Ce lundi 21 décembre 2020, l’honorable Alhousseiny Makanera Kaké était l’invité de la radio Djoma FM. À l’entame de son intervention, l’ancien ministre de la Communication a fait part de sa fierté suite à la l’élection du président Alpha Condé pour son premier mandat au compte de la 4ème République.

« Je voudrais vous dire que j’ai un sentiment mitigé, en ce sens qu’aujourd’hui c’est la fin d’une étape et le début d’une autre. Vous savez, il y a une chose inédite qui vient de se passer en Guinée. Il est important de la rappeler. Si dans tous les autres pays, c’est la population qui impose des conditions au candidat, cette fois en Guinée, c’est le candidat qui a imposé ses conditions à ceux qui voulaient qu’il soit candidat. C’est pour vous dire que nous qui avons amené le président à être candidat, il nous a obligés de signer un pacte qu’on a dénommé ‘’pacte de la candidature et de bonne gouvernance’’. Donc, on s’est engagé de l’accompagner pour faire en sorte que si les deux premiers mandats ont été bons, très bons même, que le premier mandat de la 4ème  République soit meilleur. Je suis très content d’avoir réalisé exactement ce que j’ai souhaité depuis le début de la nouvelle constitution jusqu’à l’élection du président de la République. Mais face au défi de faire en sorte que dans les 6 ans la Guinée puisse rejoindre sa place sur le banc des nations émergentes, j’ai des inquiétudes dans  le sens qu’il ne faut pas seulement la volonté politique mais il faut les moyens. En plus de ces moyens, il faut les ressources humaines et les ressources financières pour pouvoir réaliser ce que nous voulons. S’il est facile de faire des recettes, de changer le niveau des recettes, ce n’est pas facile de changer la mentalité des gens. C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai un sentiment de fierté, celui d’un devoir accompli, avec l’investiture et l’installation du président. Mais, par contre, j’ai une certaine pression pour faire en sorte que ce mandat soit le meilleur mandat. », a-t-il indiqué.

”Si j’étais le président de la République aujourd’hui, les 80% des ministres seront reconduits, à commencer par le Premier ministre”

Sur la question de savoir si l’équipe signataire du pacte serait prête à accepter les exigences du président de la République qui parle de gouverner autrement et quelle serait sa réaction au cas où elle ne serait pas parmi les promus du prochain gouvernement, Makanera pense que le président est libre de faire son choix.

« Je dirai que nous sommes dans un régime présidentiel, le président choisit qui il veut. Moi je pense qu’on doit élever le débat. Souvent, les débats sont personnalisés en Guinée alors que si on a des problèmes, c’est le problème de fonctionnement normal et régulier des institutions. Ce n’est pas par rapport aux individus. Le président est libre. C’est lui qui sait ce qu’il veut atteindre et il se donne les moyens pour l’atteindre à travers le choix de ses cadres. », estime l’honorable Alhousseiny Makanera Kaké. Avant d’ajouter que s’il était à la place du président de la République, les 80% des ministres seraient reconduits. « Ce que je vais vous dire, vous pouvez aller voir dans mes archives, vous allez voir tous mes discours, moi je donne de l’importance au fonctionnement normal des institutions. Même lorsqu’il s’agissait du président de la CENI, les gens  disaient que telle personne n’est pas bonne. Quand moi je suis passé, j’ai dit que tout ce qu’ils étaient en train de faire, qu’ils passent à côté. Ils doivent se battre pour que l’institution fonctionne normalement. N’importe quelle personne qui viendra, il faudrait que même s’il veut tricher, même si c’est son père qui est candidat, qu’il ne puisse pas l’aider. Quand j’écoute la radio des fois, j’ai mal au cœur. On accuse les pauvres ministres, il faut changer tous les ministres, il faut faire ceci. Si j’étais le président aujourd’hui, les 80% des ministres seront reconduits, à commencer par le Premier ministre. », soutient-il. Pour lui, le sondage contre Kassory Fofana est fait par l’opposition. C’est pourquoi, dit-il, ce dernier a ‘’perdu’’ face à Ousmane Kaba. « Les gens travaillent d’une manière sournoise. Malheureusement, ils ont été trahis dans leur explication. Le Premier ministre, s’il a été battu, il a été battu par des gens qui n’allaient jamais voter ni pour Alpha Condé ni pour lui. Dans le sondage, on a donné le pourcentage de ceux qui ont voté pour lui et ceux qui ont voté contre lui. Donc, quand vous prenez au sein de l’opposition, les Ousmane Kaba et les autres ont eu 70%, c’est bien compréhensif. Vous savez que même les attaques que je reçois, ce n’est pas parce que ma tête déplaît, mais c’est parce que je suis de la mouvance. Quand j’étais dans l’opposition, j’étais presqu’une star là-bas. Celui qui constitue un obstacle pour l’opposition, ils ne vont jamais l’aimer. Pour qu’un sondage soit rationnel, il faut voir les échantillons par rapport à l’opinion. Si c’est la mouvance contre le Premier ministre, j’allais dire qu’il n’a pas de cote mais c’est l’opinion inverse. Et cette opinion inverse ne va jamais aimer quelqu’un qui renforce le pouvoir du président Alpha Condé. C’est-à-dire, c’est comme un jeu de dames, qui perd gagne. Quand on dit que tu es bon, c’est que tu es mauvais. », fait remarquer l’honorable Alhousseiny Makanera Kaké.

Christine Finda Kamano (stagiaire)

1 Commentaire
  1. MOUSSA KEITA 4 semaines il y a
    Repondre

    Mama Kany est mieux comme premier ministre plus que n’importe qui en Guinee aujourd’hui. Donnons la chance a cette brave femme.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.