Probable hausse du prix du carburant : ‘’les caisses sont vides, on a gaspillé les deniers publics’’ (Fodé Mohamed Soumah de GéCi)

Print Friendly, PDF & Email

Le ministre des Hydrocarbures a annoncé l’augmentation probable des prix des produits pétroliers en Guinée dès après le mois de Ramadan, si toutefois le prix ne baisse pas à l’international. Interrogé sur cette question, le président du parti ‘’Génération Citoyenne’’ (GéCi), l’honorable Fodé Mohamed Soumah justifie cela par un manque de compassion et de pitié des gouvernants, qui, selon lui, ont gaspillé les deniers publics à travers les campagnes et les détournements et veulent coûte que coûte renflouer les caisses de l’État. 

Pour commencer, ce parlementaire guinéen a rappelé ceci : « Il faut qu’on arrête cette formule de comparaison. Comparaison n’est pas raison. Il faut qu’on arrête de se comparer à des pays qui n’ont pas les mêmes pouvoirs d’achat que nous. Je crois que la comparaison n’est pas le prix à la pompe, la comparaison c’est le pouvoir d’achat que nous avons. Je crois que la comparaison, ce n’est pas le prix du litre à la pompe, la comparaison c’est le pouvoir d’achat. Lorsque vous avez le prix du litre à 14000 en France et vous  êtes à 9000 ici, vous ne pouvez pas comparer. Parce que lorsque vous avez ici un SMIC à 40 euros, en France c’est plus de 1000 euros. Lorsque vous vous comparez à la Côte d’Ivoire ou au Sénégal, ce n’est pas le même pouvoir d’achat », a-t-il fait remarquer dans l’émission “Mirador” de la Radio FIM Fm du mardi 30 mars 2021.

 Le porte-parole du cabinet du chef de file de l’opposition parlementaire (cfo) croit savoir qu’aujourd’hui, « aucune augmentation  n’est justifiée dans la mesure où lorsque le prix était au plus bas, la Guinée n’a pas baissé le prix. Aujourd’hui, c’est un effet mécanique. La demande mondiale a chuté, la production mondiale a baissé. Donc, je ne comprends pas ce déséquilibre entre l’offre et la demande par rapport à cette augmentation qu’on veut nous vendre. Cette augmentation, si elle était vraiment pensée, repensée, on ne la diffèrerait pas après le mois de Ramadan. Elle ne se justifie pas, les caisses sont vides, on a gaspillé les deniers publics. »

Le président ‘’Génération Citoyenne’’ justifie cela  par les campagnes. « Il y a eu les détournements et puis on est tellement orgueilleux, on a dit on va organiser nous-mêmes les élections sans l’apport de qui que ce soit. Je crois qu’on est enfoncé dans le gaspillage et aujourd’hui on se réveille avec une triste réalité. C’est que les caisses sont vides, donc il faut les renflouer. Qui pour les payer ? Soit l’aide ou les pauvres populations. Quand j’en parle, je ne sais même si ces gens-là ont une petite notion de science économique, ou bien de pitié, de compassion », a-t-il martelé.

 Mamadou Yaya Barry 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.