Procès du 28 septembre : prison ferme pour le jeune qui a menacé le procureur…

Poursuivi pour des faits de menaces, par le biais d’un système informatique avec ces termes « le proccureur blague avec sa vie. Doucement. On vous suit depuis la Forêt » à l’endroit du proccureur Abdoulaye Babady Camara pendant que ce dernier exercait librement son travail lors du procès du 28 septembre, Fanta Pierre Delamou, médecin de profession, était ce lundi 5 décembre à la barre du tribunal de première instance de Kaloum pour parler de ce qui l’a poussé à agir ainsi.

« Je regrette ce que j’ai fait. C’est lorsque je regardais le procès du 28 septembre dans mon téléphone, ce jour là c’est Pivi qui était à la barre. J’ai dit ça c’était une alerte pour lui. Moi-même j’ai eu peur avec les discussions qui étaient entre le proccureur et Pivi. C’était sur Facebook j’ai écrit.(…) Je sais que les propos, c’est moi qui ai écrit mais dire que j’ai une mauvaise intention, ce n’est pas ça. La façon dont je l’ai vu discuter avec Pivi puisqu’il est un militaire c’est pourquoi j’ai dit ça. C’est comme une alerte. J’ai n’ai aucune mauvaise intention envers monsieur le procureur. Je voudrais écrire, on vous suit […] »

Pour commencer, le prévenu a reconnu les faits qui lui sont reprochés et il les a même regretté, avant de donner des explications. Selon lui, il a écrit ses propos juste pour alerter le procureur et non pas pour le menacer.

« Je regrette ce que j’ai fait. C’est lorsque je regardais le procès du 28 septembre dans mon téléphone, ce jour là c’est Pivi qui était à la barre. J’ai dit ça c’était une alerte pour lui. Moi-même j’ai eu peur avec les discussions qui étaient entre le proccureur et Pivi. C’était sur Facebook j’ai écrit.(…) Je sais que les propos, c’est moi qui ai écrit mais dire que j’ai une mauvaise intention, ce n’est pas ça. La façon dont je l’ai vu discuter avec Pivi puisqu’il est un militaire c’est pourquoi j’ai dit ça. C’est comme une alerte. J’ai n’ai aucune mauvaise intention envers monsieur le procureur. Je voudrais écrire, on vous suit. Je n’avais aucune intention […] ».

Après les débats, le procureur avait demandé que l’accusé soit retenu dans les liens de la culpabilité. Ensuite il a demandé l’application de l’article 28 .

Un an d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 30 millions. Après une pause de quelques minutes, le président du Tribunal, Ibrahima Sory 1 Tounkara a condamné le prévenu à 12 mois dont 9 mois avec sursis et au paiement d’une amende d’un million de francs guinéens. Cependant, il faut souligner que selon le prévenu, il aurait été interpellé par les agents des forces de la sécurité alors qu’il était assis dans un bar. 

Christine Finda Kamano 

622716906

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.