Connect with us

Societé

Procès de l’assassinat de Koula Diallo : ‘’nous avons demandé la reconstitution des faits par une nouvelle descente sur les lieux » (Me Béavogui de la défense)

Le procès de l’assassinat du journaliste Elhadj Mohamed Koula Diallo de Guinée7.com, tué au siège de l’UFDG le 5 février 2016, s’est poursuivi ce lundi 25 septembre 2017 au tribunal de première instance de Dixinn. Les différentes parties à savoir la partie civile, la défense et les deux principaux accusés étaient présents.

D’entrée, le président audiencier, Mangadouba Sow a ouvert les travaux en donnant la parole à la partie civile et au procureur pour leurs questions aux prévenus. Malgré les questions parfois très embarrassantes pour les accusés, ils continuer à nier les charges qui sont portées contre eux.

 

Selon Maître Salifou Béavogui du collectif des avocats de la défense, cette autre session du tribunal  a permis à ses clients d’éclairer tout le monde.  »Les débats se sont bien passés aujourd’hui dans l’affaire dite de l’assassinat du journaliste Mohamed Koula Diallo, paix à son âme. Il a rejeté en bloc des accusations portées contre lui (d’assassinat, tentative d’assassinat, coups et blessures). Il a expliqué qu’il était là le 5 février 2016 pour sécuriser le président de l’UFDG, Elhadj Cellou Dalein Diallo. Il n’était porteur ni d’une arme cachée, ni d’une arme apparente. Il a sécurisé son patron et il est retourné à la maison. Il ne pouvait pas resté dans l’enceinte du siège pour sécuriser Elhadj Cellou et donner la mort au journaliste Koula Diallo qui était tout à fait dehors », dira-t-il.

Poursuivant, il a informé que la défense demande à ce qu’une nouvelle reconstitution des faits soit organisée.  »Nous avons demandé la reconstitution des faits par une nouvelle descente sur les lieux , cette fois-ci qui tiendra compte du principe du contradictoire. Parce que la première descente qui avait été organisée par la gendarmerie était unilatérale, partisane, dirigée et conditionnée. Il n’y avait qu’un seul camp qu’on a regroupé, notamment les agents de sécurité de l’UFDG qui sont à mains nues et qu’on a embarqués dans le dossier. Heureusement, sur plus vingt et quelques, plus de 17 agents ont été innocentés et libérés. Il n’y a que deux aujourd’hui à la barre du tribunal. Le pool d’avocats de la défense a démontré que Sow n’a pas connu les infractions reprochées. Le dossier est monté de toutes pièces parce qu’on suppose que notre client Sow fait parti de la garde rapprochée du couple Dalein. Donc, il faut coûte que coûte le sacrifier. Le second accusé qui est Algassimou Keita a démontré également qu’il n’a pas participé aux infractions commises. Plus grave, il a été isolé pendant deux jours, torturé au niveau de la gendarmerie en dehors de l’assistance de ces avocats pour l’amener à avouer que Sow portait une arme. Donc, aujourd’hui la vérité a éclaté. Conséquence, le meurtrier de Koula Diallo court toujours », a-t-il conclut.

De son côté, Maitre Kpana Emmanuel Bamba du collectif des avocats de la partie civile a précisé :  »A travers les dépositions des accusés aujourd’hui, nous constatons qu’ils sont entrain de nier en bloc tout ce qu’ils ont reconnu à l’enquête préliminaire. Ils disent qu’ils ont été torturés sans pouvoir apporter la moindre preuve. Nous, nous allons continuer à démontrer que se sont eux qui sont les auteurs du crime crapuleux qui a été commis le 5 février 2016. C’est-à-dire l’assassinat du journaliste Mohamed Koula Diallo, au siège de l’UFDG… »

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30    

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. kaba

    25 septembre 2017 at 22 h 50 min

    UFDG est un partit de teroriste avec sa tete cellou Diallo , ils sons toute des armme de quere a la maison c´est un group de Alquaida ils ne sont pas politicien comme les sautres parti en Guinee,ils sont tue mohamed koula au siege de UFDG pour rien

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook