Procès Mamady Onivogui (Elazologa): le ministère public requiert 10 ans de prison et 100 millions d’amende

Print Friendly, PDF & Email

Le procès de Mamady Onivigui, médecin-chirurgien de profession,  membre de plusieurs mouvements associatifs comme, ‘’Elazologa” appelé encore “Atèben” qui veut dire “ça ne marchera pas” dont il est le vice-coordinateur et vice-président du mouvement “Guinée Avant Tout”, s’est ouvert ce lundi 29 mars 2021, au Tribunal de  Première Instance de Dixinn.

Il faut rappeler que M. Onivogui est poursuivi pour des faits dont entre autres : participation à un mouvement insurrectionnel, association de malfaiteurs, menace notamment par le biais d’un système informatique, atteinte aux institutions de la République, atteinte à l’honneur du président de la République, des propos tels que ‘’Alpha Condé est un délinquant, il règne par la terreur’’.

Dans le box des accusés, le mis en cause, qui s’est présenté dans sa tenue de médecin-chirurgien avec un masque chirurgical au visage, a nié en bloc les faits dont il est accusé, car au moment où il signait le procès-verbal il ne serait pas, dit-il,  dans ses assiettes. «Les gens fumaient de la drogue dans ma cellule. Il y avait trop de fumée. J’avais les yeux rouges, je n’étais pas dans mes assiettes. Je ne reconnais pas les faits, ce n’est pas moi qui ai dit. », se défend-il. Plus loin, M. Onivogui dit avoir entendu des termes tels que ‘’coller lui les mêmes infractions qu’on a collées à Gaoual’’.

Lors des réquisitions, le procureur, le représentant du ministère public, Daouda Diomandé, dit être surpris par la manière dont le prévenu a nié les faits. «Dans une société démocratique, chacun a son rôle à jouer. En tant qu’activiste, les propos qu’il a tenus, c’est offensant. En niant cela, c’est une manière de noyer le poisson. Ce qu’il dit n’est pas vrai. Il n’y a ni drogue ni de la bière à la maison centrale…Et il reconnaît qu’il y a eu des manifestations à Macenta, au cours desquelles ils ont empêché les paisibles citoyens de circuler librement. Et il y a eu affrontements entre eux et la force publique.», explique-t-il.

Pour finir, le représentant du ministère public demande au parquet de détenir Mamady Onivogui dans les liens de la culpabilité, pour les faits dont il est accusé et requiert 10 ans de réclusion criminelle et 100 millions d’amende.

À sa prise de parole, l’avocat de M. Mamady Onivogui, Me Salifou Beavogui, dit ne pas être surpris par cette arrestation. «C’est un dossier vide. Il n’y a pas de preuves. L’objectif c’est de le faire taire. Je savais que cela allait arriver. Il y a eu des mouvements insurrectionnels partout. Comment celui qui est à Conakry peut participer à un mouvement insurrectionnel à Macenta…Lui, c’est un médecin. Sauf si je me trompe, il est dans sa tenue de médecin. On a tenté de le corrompre, il n’a pas accepté. On lui a promis maison, voiture, argent, il n’a pas accepté…Je vous prie de renvoyer mon client à des fins de poursuite.» 

Le tribunal a renvoyé l’affaire au 12 avril 2021 pour le délibéré.

Mamadou Yaya Barry, depuis le TPI de Dixinn

622266708

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.