Processus électoral en Guinée : Jeunesse CEDEAO-Guinée fait des recommandations suite à des anomalies constatées 

Print Friendly, PDF & Email

À travers son projet dénommé “Observatoire Indépendant pour des Élections Libres et Apaisées en Guinée”, la plateforme jeunesse CEDEAO-GUINÉE a procédé à la présentation de son rapport de mission d’observation sur les premières étapes du processus électoral en cours. C’était ce jeudi 27 août 2020 à l’occasion d’un point de presse animé à cet effet à son siège à Gbessia. 

Après quelques mois d’observation sur le terrain, le coordinateur national de la plateforme a donné son avis sur l’évolution du processus électoral en Guinée. Selon Dorah Aboubacar Koïta, certains faits seraient porteurs de conséquences pour l’avenir de l’élection présidentielle prochaine.

« La faible présence et le faible engagement des partis politiques sur le terrain au moment de l’opération de révision qui pourrait présager des risques d’une remise en cause à posteriori des résultats de cette révision ; la faible sensibilisation et éducation civique et électorale des citoyens ; la faible communication de proximité sur la mise en oeuvre de différentes étapes du chronogramme », a-t-il relevé. 

Eu égard à ces préoccupations et dans la dynamique d’apporter des améliorations dans le processus électoral en cours, la plateforme Electorale de la jeunesse CEDEAO-Guinée recommande à la CENI de : « Redynamiser le comité inter-parti afin de garantir un partage régulier de l’information autour du processus électoral ; renforcer la collaboration avec la société civile afin de garantir un partenariat efficace pour la mobilisation citoyenne et l’éducation civique et électorale ; prendre toutes les mesures pour garantir l’implication des partis politiques et de la société civile dans toutes les étapes des opérations électorales afin de juguler le défi de transparence et d’éviter le regain des contestations ; publier progressivement et de façon détaillée les chiffres d’enrôlés de chaque préfecture, commune et région ; communiquer les statistiques du recensement des 2millions438mille992 électeurs mis de côté lors du double scrutin dernier », suggère-t-il.

Puis au gouvernement « De mettre à la disposition de la CENI le budget nécessaire pour le respect du chronogramme. Aux institutions républicaines et personnes de bonne volonté de se lever et d’œuvrer inlassablement pour l’instauration d’un cadre de dialogue inclusif et sérieux entre les acteurs. »

De même, Dorah Aboubacar Koïta informe l’opinion nationale et internationale que l’observatoire entamera à compter du mercredi 02 septembre 2020, une large consultation avec toutes les parties prenantes du processus électoral. Ce, pour les inciter à se mettre autour du dialogue afin de trouver ensemble des solutions pérennes qui permettront à la Guinée de sortir de cette crise politique et préserver la paix sociale. 

A noter que la Commission de veille et de suivi du processus électoral de l’observatoire indépendant pour des élections libres et apaisées en Guinée, est composé d’éminents experts électoraux. Elle a pour rôle de veiller et suivre de façon régulière toutes les opérations du processus avant, pendant et après l’élection présidentielle prévue pour le 18 octobre prochain.

Maciré Camara 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.