Processus électoral : le CNOSCG forme 100 superviseurs et formateurs, à Conakry  

Print Friendly, PDF & Email

Le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) a lancé l’atelier de formation des agents superviseurs et formateurs pour l’observation indépendante du scrutin du 18 octobre prochain. C’est une activité qui s’inscrit dans le cadre de la plateforme ‘’Regard du peuple’’ mis en place par l’équipe de Dansa Kourouma pour la supervision de l’échéance présidentielle. Elle s’est tenue ce mercredi 23 septembre 2020, dans la salle Olympique du stade du 28 septembre de Conakry.

Dans son discours, il a parlé de la responsabilité de la société civile pour une élection libre, transparente et acceptable de tous.

« Face aux enjeux et défis de cette élection présidentielle, la société civile que j’ai l’honneur de conduire, est placée face à ses responsabilités qu’elle doit assumer devant l’histoire et devant le peuple de Guinée.

-Responsabilité de veiller à la régularité, la transparence, l’apaisement du processus électoral, et notamment de cette campagne qui déterminera les véritables motivations et prédispositions des candidats et des Guinéens à préserver la quiétude, l’unité et la paix en Guinée ;

-Responsabilité d’encourager la participation éclairée et responsable de toutes les électrices et tous les électeurs du pays. Notamment les jeunes et les femmes ;

-Responsabilité de veiller sur les comportements, discours et actes des candidats, des militants, de l’administration, des forces de sécurité et de la presse en cette période sensible.

-Responsabilité d’alerter et d’engager en temps réel la communauté nationale et internationale, la CENI, et les institutions compétentes.

-Responsabilité de rendre compte indépendamment de toute passion, pression et position partisane au peuple et aux partenaires de la Guinée à travers un rapport indépendant, impartial et cohérent sur l’intégrité du processus électoral avant, pendant et après l’échéance.

-Responsabilité de contrôler la qualité de la prestation de la CENI et la Cour constitutionnelle et les forces de sécurisation du scrutin, en vue de certifier sur la foi et l’honneur, l’intégrité du processus électoral », a dit Dansa Kourouma, président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG).

De son côté, Dr Bano Barry, commissaire à la CENI, a souligné que « La Céni souhaite rappeler que nous avons une responsabilité collégiale quant à l’organisation d’élections apaisées et transparentes. Souvent, il est dit ‘’ la Céni organise les élections ‘’ oui, mais on devrait plutôt dire ‘’ la Céni assure la coordination de tous les acteurs concernés par le processus. Parce que nous sommes tous des organisateurs des élections. Je voudrais rappeler que les démembrements de la CENI sont tous dirigés par la société civile. Donc, quand on dit ‘’la Céni organise’’, je pourrais même dire que la première responsable morale de ce travail, c’est la société civile. Dans toutes nos structures au niveau de la CENI, jusqu’à nos démembrements à la base, tous les acteurs du processus sont impliqués. »

Dans les prochains jours, ces superviseurs et formateurs venus des 33 préfectures, 5 communes de Conakry et 334 communes rurales, vont investir le terrain pour contribuer au bon déroulement de l’élection présidentielle de 2020.

Mohamed Cissé   

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.