Processus électoral : trois experts de l’OIF mis à la disposition de la CENI

Print Friendly, PDF & Email

L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) vient de mettre à la disposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), trois (3) experts pour un appui technique et technologie à l’organisation des élections législatives du 16 février 2020.

Deux de ces trois experts ont été présentés ce mercredi, 13 novembre 2019, au président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé en présence de quelques membres du bureau exécutif de l’institution, par l’envoyé spécial de la secrétaire générale de l’OIF en Guinée, Tieman Hubert Coulibaly.

Il s’agit de Ronsard Malonda, expert électoral et analyste juridique de l’OIF et Gaya Sabiou, expert en fichier électoral et en synergie d’information. Le troisième, selon M. Tieman Coulibaly, sera en Guinée dans les jours qui suivent pour apporter  les appuis nécessaires à la CENI en vue du bon déroulement des activités du chronogramme électoral annoncé.

Toujours dans le cadre de l’appui des institutions internationales, le président de la CENI a reçu peu après la présentation des experts de l’OIF, une délégation des Nations Unies conduite par Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Suite à ces deux rencontres, le président de la CENI a tout d’abord salué la présence des experts de l’OIF aux côtés de son institution qui, à coup sûr, vont contribuer à l’amélioration des conditions liées à l’organisation des législatives.

Quant à la délégation des Nations Unies, il a souligné qu’elle est venue comme tous partenaires pour s’enquérir de l’état d’avancement des opérations électorales. Elle a été ainsi informée dans les moindres détails, dit-il, de toutes les activités déjà réalisées et celles en cours de réalisation pour l’organisation d’une élection transparente, inclusive et apaisée.

Me Amadou Salif Kébé rassure que tout se passe bien et la présence de toutes ces institutions internationales prouve à suffisance que le rendez-vous du 16 février 2020 est d’une grande importance pour la Guinée.

Alhassane Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.