Projets PBF: “à partir de l’année prochaine, la Guinée ne sera plus éligible puisqu’elle est en paix”

Print Friendly, PDF & Email

Le Fonds des Nations Unies  pour la Consolidation de la Paix (PBF- Peace Building Fund), organise un atelier d’échange dans un réceptif hôtelier de la place, avec les partenaires de mise en œuvre des projets du Fonds pour la Consolidation de la Paix, ce mardi 4 mai 2021 et se terminera le mercredi 5 Mai 2021. L’objectif est de partager les informations sur l’ensemble des procédures qui gouvernent le projet du Fonds de Consolidation de la Paix en Guinée et voir quels sont les impacts du projet sur le terrain. 

Le Coordonnateur du Secrétariat du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies en Guinée, M. Barry Ibrahima, a expliqué les attentes dudit projet. « Ce projet nous permettra généralement d’échanger sur la possibilité des synergies et des passerelles entre les différentes initiatives qui sont portées par les agences et les ministères. C’est un atelier qui permettra également aux participants d’échanger sur le cadre du suivi et de l’évaluation de l’ensemble des projets qui sont soutenus par le Fonds de Consolidation de la Paix en Guinée. », dit-il.

Pour M. Barry, il ya plusieurs années que le Fonds de Consolidation de la Paix se déploie en Guinée  avec le soutien financier aux différentes initiatives qui sont portées par les agences et les ministères. « Il y a également un déficit au niveau de la communication en termes de visibilité du Fonds de Consolidation lui-même dans les différentes actions qui sont réalisées ici et là. Il y a également un déficit au niveau de l’appropriation nationale par les acteurs de terrain. Ce qui fait que nous avons estimé qu’il était important que les agences, les ONGs, les ministères qui se déploient dans ces activités puissent se réunir, tirer les enseignements et voir quelles sont les solutions appropriées qu’on peut apporter en vue de mieux outiller les équipes qui sont déployées sur le terrain pour permettre d’atteindre les résultats qui sont escomptés dans chacun des projets proposés par les agences et les ministères soutenus par le Fonds de Consolidation de la Paix. »

La Conseillère à  la Paix et au Développement au Système des Nations Unies en Guinée, Cynthia PETRIGH, fait remarquer que le Fonds de consolidation de la paix (PBF) a toujours été aux côtés de la Guinée depuis 2007. « Depuis 2009, le PBF, c’est 180 millions de dollars qui sont investis sur la Guinée, dont 10 millions pour les projets en cours. On est loin des montants consentis pour les missions de maintien de la paix dans les pays voisins, mais la Guinée est un pays en paix, un pays qui a des ressources, qui a des capacités, qui a une culture de la paix. Donc, les projets de PBF sont des fonds catalytiques qui doivent permettre de donner un coup de pouce pour que la partie nationale puisse s’approprier et continuer ses programmes. »

À en croire Mme PETRIGH, « le suivi-évaluation doit nous permettre de mesurer à quoi servent ces projets? Est-ce qu’ils sont mis en œuvre correctement ? Est-ce qu’ils ont l’impact souhaité ? Et, c’est tout le but de cet atelier aujourd’hui. Comment améliorer notre suivi-évaluation, pas seulement en faisant un rapport en fin de projet, pas seulement en considérant chaque projet isolement; mais, en voyant dans l’ensemble qu’est-ce que le Fonds de consolidation de la paix apporte à la Guinée. Donc, l’atelier d’aujourd’hui doit permettre à tous les partenaires des ministères concernés, des agences du système des Nations Unies, des ONG qui nous accompagnent de mieux coordonner leur suivi-évaluation pour qu’on puisse mesurer l’impact pour la Guinée. Il n’est pas permis d’avoir un projet séparément, on veut savoir comment est-ce qu’on est en train d’accompagner la Guinée ? Est-ce que ces projets ont tout l’impact souhaité ? Comment encore améliorer notre système? ».

Et d’ajouter : « aujourd’hui, le bilan de la consolidation de la paix en Guinée, c’est toute l’histoire de l’accompagnement de la démocratisation de la Guinée. Avec les plans prioritaires, les réformes du secteur de la sécurité, du dialogue, les projets de réconciliation nationale, les Nations Unies et le Fonds de consolidation de la paix ont accompagné tout le passage à la démocratie de la Guinée. D’ailleurs, à partir de l’année prochaine, la Guinée ne sera plus éligible puisque la Guinée est en paix. Donc, tout l’intérêt aujourd’hui est de faire un bilan et de savoir si vraiment tous les objectifs ont été atteints. Mais, les Nations Unies et le Fonds de consolidation de la paix ont accompagné ces efforts fantastiques, c’est une histoire qui mérite d’être écrite. Tout le passage à la démocratisation, à la consolidation de la gouvernance et les institutions de la Guinée démocratique. »

Pour finir, Laho Bangoura, conseiller du Premier ministre en charge de la Diplomatie et des Relations internationales, en même temps coordinateur du pool des conseillers points focaux PBF à la Primature, a souligné que depuis 15 ans, l’intervention du PBF se traduit par plusieurs grandes priorités qui ont comporté plusieurs phases d’exécution et ont touché plusieurs domaines stratégiques et importants pour le gouvernement. « C’est notamment les réformes du secteur de la sécurité, l’accompagnement, la réconciliation nationale et bien sûr les nombreux projets destinés à l’emploi des jeunes et des femmes et à leur implication dans la gouvernance locale. Donc, nous notons avec grande satisfaction le partenariat qui a été tissé depuis bientôt 15 ans. Toutefois, nous avons relevé un certain nombre d’insuffisances qu’il convient de corriger pour favoriser un impact plus soutenu du projet PBF.  Au mois de juin dernier, Monsieur le Premier ministre et le Coordonateur du Système des Nations unies en Guinée ont convenu de la nécessité d’apporter des réformes dans la gouvernance du PDF pour assurer une meilleure coordination gouvernementale, pour favoriser une implication plus soutenue de toutes les structures de l’État qui sont concernées mais aussi pour favoriser une meilleure appropriation des projets par les communautés bénéficiaires ciblées. C’est dans ce sens donc, que nous avons institué des nouvelles instances de gouvernance qui sont en train d’être  mises en œuvre. Et c’est dans ce cadre aussi que nous avons décidé d’organiser des rencontres comme celle que nous venons de d’ouvrir ce matin pour renforcer les capacités de tous les acteurs qui interviennent sur la chaîne de réalisation du projet. », a fait savoir M. Laho Bangoura. 

Mamadou Yaya Barry 

622266708

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.