Projets pilotes-Grand Conakry : quels quartiers précaires faut-il sélectionner ?

Print Friendly, PDF & Email

C’est pour répondre à cette question qu’il a été organisé, l’atelier de concertation sur la sélection des quartiers du Grand Conakry pour la mise en œuvre des projets pilotes d’amélioration du cadre de vie. C’était le 18 décembre 2020 dans un réceptif de la place à l’initiative de la Direction nationale de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme et du Programme des Nations-Unies pour les Etablissements Humains – ONU-Habitat.

D’entrée, il convient de noter que le présent atelier a enregistré essentiellement, trois présentations. La première a porté sur la projection du Résultat 5 de SANITA Villes Durables relatif aux projets pilotes alliant planification communautaire participative et inclusion des communautés pour la réalisation en écho à la planification urbaine conduite à l’échelle du Grand Conakry.  

Ensuite, dans le cadre de SANITA Villes Propres, il y a eu une présentation sur l’état des lieux des interventions d’Enabel pour l’amélioration du cadre de vie des communautés à la base dans les domaines de la voierie et l’assainissement.

Enfin, il y a eu la présentation de l’approche du programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) d’ONU-Habitat qui donne un appui technique à cette composante du projet.

Sur la projection du Résultat 5 de SANITA Villes Durables, l’accent a été mis sur la croissance urbaine, la prolifération des quartiers précaires, les problèmes d’insalubrité, d’accès aux services sociaux de base et les inégalités spatiales. Sans oublier l’évolution des populations urbaines vivant dans les quartiers précaires de Conakry. Par exemple, selon le rapport national Habitat III de 2016, le pourcentage des populations vivant dans les quartiers précaires de Conakry en 1996 était de 43% contre 59% en 2013. Une cartographie des quartiers vulnérables étudiés par le projet et d’intervention en réponse à la COVID-19 a été présentée et croisée avec le maillage du tissu associatif et communautaire actifs dans les quartiers en appui à l’aide à la décision concernant les quartiers pilotes éventuels. 

En effet, le but recherché par les projets pilotes est l’amélioration de la qualité de vie des habitants des quartiers précaires, le renforcement de la concertation et l’implication des communautés à toutes les étapes jusqu’à la mise en œuvre des projets.

Concernant la projection faite par Enabel –Agence belge de développement- le curseur a été mis sur ce que fait la composante SANITA Villes Propres en termes de drainage et de voirie à Conakry. Dans ce sens, il a été présenté à partir des cartes, une vue d’intervention en cours dans les communes de Matoto, Matam, Dixinn et Ratoma. Toujours dans le cadre des propositions des sites pour les projets pilotes, Enabel a mis l’emphase sur des sites pouvant offrir des synergies d’action avec SANITA Villes Durables.

Quant à l’approche Programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) comme son nom l’indique, il s’agit d’un programme qui implique la participation des communautés depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre des projets pilotes. Le PPAB s’attache à travailler à réduire les privations affectant les bidonvilles en faveur d’un logement durable ; d’un accès à une eau de bonne qualité ; d’un accès à un assainissement amélioré ; et d’une sécurité d’occupation et surface habitable suffisante.

La présentation de l’approche PPAB a aussi mis en exergue, les critères et outils de sélection des quartiers/sites précaires. Notamment : la situation socioéconomique et sanitaire ; le fourmillement des organisations communautaires sur lesquelles s’appuyer ; des quartiers relevant du domaine public.

A la fin des travaux, les 25 participants organisés en 3 groupes composés de représentants du Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, de l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES), des collectivités locales, des universités et de la société civile, ont procédé à l’identification des critères de choix des sites ainsi que celle d’une liste potentielle de quartiers d’intervention des projets pilotes. En ce qui concerne les critères de choix des sites, ils ont essentiellement porté sur l’enclavement ; l’insalubrité ; l’insécurité et le manque d’espaces de loisir. Les résultats seront analysés pour une validation consensuelle prochaine.

A noter que la cérémonie d’ouverture de l’atelier de concertation sur la sélection des quartiers du Grand Conakry pour la mise en œuvre des projets pilotes d’amélioration du cadre de vie, a connu la présence du Directeur national de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme, de la Maire de Kaloum et de la Conseillère Technique Principale de SANITA Villes Durables en Guinée. 

Pour rappel, le projet SANITA Villes Durables est un projet du Gouvernement guinéen en cours de mise en œuvre par le Programme des Nations Unies pour les Etablissements Humains (ONU-Habitat) financé par l’Union européenne.

 Service de Communication

SANITA Villes Durables

ONU-Habitat/Guinée

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.