Prosper Africa. « Nous voulons que le potentiel de l’Afrique puisse se réaliser » (Dana L. Banks, assistante spéciale de Biden)

Print Friendly, PDF & Email

Le Centre médiatique de Johannesburg du département d’État des États-Unis a accueilli ce mercredi 28 juillet via un point de presse numérique Dana L. Banks Assistante Spéciale du président des États-Unis et Directrice principale pour l’Afrique au Conseil de sécurité nationale. 

Dans une brève allocution, elle a fait étalage des actions du gouvernement américain visant à favoriser le commerce et les investissements entre les États-Unis et l’Afrique par le biais de Prosper Africa, une initiative du gouvernement des États-Unis qui vise à accroître de manière substantielle le commerce bilatéral et les investissements entre les États-Unis et l’Afrique. Il s’agit des flux de commerce et d’investissement des États-Unis vers l’Afrique comme de ceux de l’Afrique à destination des États-Unis.

Selon Madame Banks, les États-Unis sont prêts à nouer des partenariats avec des nations africaines

« Cette dernière année nous a montré à quel point nous sommes interconnectés, à quel point nos destins sont également interconnectés. C’est pourquoi le président Biden souhaite rebâtir nos partenariats à travers le monde. Nous devons tous tirer à la même corde pour essayer de faire progresser notre vision commune d’un meilleur avenir. L’Afrique est à un moment charnière de sa trajectoire, la prochaine décennie montrera le chemin que va emprunter l’Afrique. Le président Biden estime que les économies dynamiques et à croissance rapide ainsi que la population des pays africains peuvent assurer un avenir brillant pour ce continent. Un continent qui connaîtra une croissance inclusive, un développement durable davantage de sécurité, le progrès démocratique et l’État de droit. Les États-Unis sont prêts à nouer des partenariats avec des nations africaines ainsi qu’avec la société civile dynamique et les jeunes leaders de ce continent afin d’assurer la concrétisation. Nous voulons que le potentiel de l’Afrique puisse se réaliser également en luttant contre les menaces représentées par l’extrémiste et d’autres fléaux », a-t-elle déclaré avant de soutenir que les Etats-Unis travaillent en collaboration avec les dirigeants africains en ce qui concerne le règlement des conflits.

« Alors que nous mettons en place cet agenda partagé, nous travaillons également avec les dirigeants africains pour essayer de régler les conflits et les crises humanitaires qui coûtent des vies à ce continent. Comme le président Biden l’a dit dans les semaines qui ont débuté son mandat, les Etats-Unis sont prêts à nouer des partenariats avec l’Afrique … Hier, l’administration a lancé la campagne be-hood lors de la conférence commerciale Etats-Unis-Afrique. À la lumière de cela, le président a demandé 80 millions de dollars en ressources supplémentaires pour donner le coup d’envoi de cette campagne. Cette campagne est un effort ciblé qui cherche à énergiser, et à intensifier l’engagement des États-Unis sur le plan commercial avec les différents pays africains sous le mandat du président Biden », dira-t-elle. 

Pour terminer, Dana L. Banks rappelle que l’objectif étant d’accroître substantiellement les investissements et le commerce entre les Etats-Unis et l’Afrique, Dana L. Banks affirme que cela permettra de connecter les entreprises américaines et africaines ainsi que des investisseurs pour qu’ils puissent saisir les autres opportunités.

« Comment faire cela ? De plusieurs manières tout à fait concrètes conformément à l’engagement pris par le président Biden, par le Bad-badder words lors du G7 également nous allons faire cela en promouvant de nouvelles opportunités pour les entreprises américaines et africaines pour les investisseurs et pour les travailleurs afin d’accroître les flux commerciaux et alimenter la croissance économique et la création d’emplois. On va se concentrer sur des secteurs clés et sur l’économie verte. Par exemple, la DFC s’est engagée à hauteur de près de 2 milliards de dollars pour financer des projets en Afrique dans la première moitié de l’année fiscale 2021. 100 mille dollars supplémentaires sont prévus d’ici à la fin de l’année fiscale. La Millénium challenge colporation a signé un accord avec une entreprise d’Afrique de l’ouest ainsi qu’un protocole d’entente avec la Côte d’Ivoire et afin de faciliter des opportunités visant à accroître l’implication américaine dans le secteur de l’énergie en Afrique de l’ouest. Plusieurs autres accords et plusieurs autres initiatives impliquant notamment l’USAID et le département du commerce, l’agence américaine de développement et de commerce ont pour but de faciliter la participation d’entreprises dans les secteurs clés qui sont critiques pour la croissance africaine afin de mieux investir dans le continent. Pour terminer, nous allons offrir un soutien ciblé aux PME en se concentrant particulièrement sur la diaspora africaine et sur les investisseurs des services liés à cette diaspora aux Etats-Unis », a-t-elle précisé.

Maciré Camara et Christine Finda Kamano

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.