Protection civile : le service d’incendie et de secours de Ratoma ouvre ses portes pour se faire connaitre

Print Friendly, PDF & Email

Le service d’incendie et de secours (SIS) de la commune de Ratoma, à Conakry, a procédé ce jeudi 03 juin, à une journée porte ouverte aux médias. L’objectif était de présenter au public à travers les medias, la caserne du SIS de Ratoma, sis au quartier Nongo, le personnel, les matériels, les activités, le secteur d’intervention.

Créé le 6 mai 2003 suivant un arrêté ministériel, le site du SIS de Ratoma estconstruit en 2019 grâce au soutien financier de l’Union européenne à travers la coopération française. Il est composé d’un local administratif composé d’un rez-de-chaussée et un étage, un local opérationnel, un local technique, un bloc sanitaire public (Hommes et femmes), une annexe pour le groupe électrogène, une guérite et la place d’armes pour le rassemblement. Le service est alimenté par un forage et d’une réserve d’eau enterrée de 40 mètres cubes pour alimenter les engins et 04 cuves de 5 000 litres chacun avec suppresseur alimentant les bâtiments. Il est alimenté en électricité par des panneaux solaires installés par OIM et la société TOPAZ.

Estimée à 62 km carrés, la commune de Ratoma est le secteur d’intervention du SIS de Ratoma, Nongo selon le chargé des opérations.

« Ce service est limité à l’Est par la commune de Dubréka (T8), à l’ouest par la commune de Dixinn (Quartier Minière), au sud par la commune de Matoto (Rails OBK) et au nord par l’océan Atlantique. Pour atteindre les extrémités (Est – Ouest) sans embouteillage est de 15 minutes er de 30 minutes avec embouteillage » a déclaré le lieutenant colonel Mohamed Camara, le chargé des opérations du SIS de Ratoma avant de présenter le personnel du site : « Le SIS de Ratoma a un effectif de 116 agents dont une première section de 37 agents, 37 agents pour la 2ème section et 38 agents pour la 3èmesection dont la répartition par grade est : Lieutenant colonel (02), Commandant (03 dont 02 femmes), Capitaines (08 dont 02 femmes), Lieutenant (01), Élève officier (01), Adjudant-chef (18 dont 05 femmes), Adjudant (32 dont 05 femmes), Brigadier-chef (51 dont 16 femmes) » a ajouté Le lieutenant colonel Mohamed Camara.

D’après le lieutenant Yamoussa Sidibé, le coordinateur assistant du SIS de Ratoma, les moyens matériels disponibles de la caserne de Ratoma sont composés de : Engins roulants : (Un camion d’intervention UNIMOG opérationnel, une camionnette à tous usage opérationnel, une ambulance inopérationnelle et une Pick-up en panne), Engin fixe : (Une moto pompe pour alimenter le camion d’incendie), Matériels spécifiques : Extinction(Un dévidoir mobile, 02 tuyaux de conduites, 05 tuyaux de refoulements de 45 millimètres, 09 vestes d’approche feu, 06 casques F1, 06 gilets de haute visibilité, 02 divisions, 01 raccord de réduction, 01 raccord de réduction mixte, 01 lance LDV 500, 01 crépine d’aspiration, 04 tuyaux d’aspiraux, 01 vanne bas d’échelle, 01 flotteur, 01 commande, 01 extincteur, 03 gaffes).Sauvetage : ( Un lot de sauvetage et de protection contre les chutes, une échelle à coulisse, une échelle à crochet). Secourisme : (Un lot de mannequin famille, un plan dur, un immobilisateur de tête, un sac d’attèle, un matelas immobilisateur à dépression, un brancard à cuillère, 08 pulvérisateurs, un carton de gants à usage unique, 02 insufflateurs, un lot de combinaison à usage unique).Moyens d’appels :(04 talkie Huawei et 02 téléphones flottes).

A en croire le lieutenant colonel Mohamed Camara, le chargé des opérations, le SIS de Ratoma a procédé à 189 interventions du 1er janvier au 31 mai 2021 dont : 56 cas d’extinctions d’incendies, 03 cas de sauvetage, 32 cas de secours à victime, 17 cas de couverture d’événements, 61 cas de découvertes de corps, 20 cas de fausses alertes.

Selon lui, le SIS de Ratoma est confronté à d’énormes difficultés lors de ses interventions. Ce qui parfois donne une image peu reluisante du service.

« Nous sommes victimes de l’indiscipline de certaines personnes. Quand il y a un accident de la circulation par exemple, il y a des curieux qui empêchent nos agents à avoir l’accès au lieu de l’accident. On est obligé de faire appel à la police ou à la gendarmerie pour faire une ceinture, le balisage pour nous permettre de faire correctement notre travail » a lancé le lieutenant colonel Mohamed Camara avant de poursuivre : « Nous souffrons d’une insuffisance de matériels d’incendie, de matériels spécifiques. La faible capacité de nos camions. Nous avons un camion d’une capacité de 2 500 litres. Nous sortons sous pression pour nos interventions. Nos lances à débits variables sont de 150 à 500 litres par minute. Si on fait l’établissement de deux lances de 200 – 200, cela fait 400 litres par minute. Dans ces conditions, on ne peut intervenir plus de huit (08) minutes. C’est pourquoi souvent, la population dit que nous n’avons pas d’eau. Ensuite, il n’y a bouches et ni poteaux d’incendie. C’est-à-dire que, si nous finissons de vider le contenu de nos camions, il nous faut retourner jusqu’à notre base soit à Kakimbo, soit à l’aéroport, soit à Matoto. Cela crée d’énormes difficultés dans nos interventions. C’est pourquoi, nous appelons le renfort d’autres services comme Matoto, Kaloum ou la TOPAZ. La société TOPAZ a une citerne d’une grande capacité » a-t-il ajouté.

Le chargé des opérations du SIS de Ratoma admet que son effectif est insuffisant pour couvrir toute la commune.

Pour sa part, le directeur général adjoint de la protection civile, le gouvernement met tout en œuvre pour rendre opérationnel la protection civile.

« Aujourd’hui, l’État fournit tout ce dont on a besoin pour être opérationnel. C’est une opportunité pour nous de faire savoir à la population guinéenne que nous avons un numéro vert, le 18, qui fonctionne 24 heures sur 24 et qu’elle peut appeler pour les cas d’accidents de la circulation, d’incendies, de malades à la maison. Une ambulance viendra dans les minutes qui suivent et c’est gratuit. Le ministère nous dote suffisamment de carburant. Je défie quiconque dit le contraire. La réalité est que nous avons une capacité insuffisante en eau » a déclaré Ibrahima Kalil Soumah, le directeur général adjoint de la protection civile.

Une simulation d’extinction d’incendie et de secours à un victime d’un accident de la circulation ont marqué la fin de la journée portes ouvertes au SIS de Ratoma.

Sadjo Bah                                                                                              

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.