Puissante mobilisation pour Alpha Condé, à N’zérékoré : ‘’je ne laisserai pas la Guinée aux fossoyeurs…’’

Print Friendly, PDF & Email

Accueil mémorable pour Alpha Condé à N’zérékoré, l’autre grand bastion du RPG. Le président sortant a largement gagné dimanche le pari de la mobilisation. C’est une foule compacte, tout en jaune, qui a accueilli le candidat du Rpg Arc-en-ciel dans la capitale de la région forestière, au sud de la Guinée. Une façon musclée de répondre à son principal rival Mamadou Cellou Dalein Diallo qui y a bénéficié d’un accueil chaleureux cette semaine.

Après les discours de bienvenue de la part de la notabilité qui a rassuré le candidat Alpha Condé de son soutien pour sa réélection, le maire de la commune également Moriba Albert Délamou s’est réjoui de la forte mobilisation des citoyens de la commune mais aussi de la préfecture.

De l’aéroport Konia aviation dans le district de Kpaya, situé à environ 17 kilomètres de la ville, c’est une longue file qui a conduit le président Alpha Condé d’abord chez le patriarche et ensuite à la place des Martyrs où il était attendu par plusieurs milliers de militants et sympathisants sous un soleil ardent.

Nous vous proposons l’intégralité de son discours prononcé sous les hourras d’un immense public acquis à sa cause…

Citoyens de N’zérékoré, je vous remercie pour cette grande mobilisation.

Le président Conté avait dit : ‘’moi je suis miliaire, je m’occupe du front, je veux sauvegarder le pays, vous les technocrates, travaillez pour le peuple.

Et si le pays était à terre en 2011, c’est la faute de qui? De ces Premiers ministres qui ont détourné tout l’argent. Et ce qui est plus grave, l’un d’eux est le plus grand investisseur immobilier à Dakar. Voilà comment ils ont mis le pays à terre.

Le président Lansana Conté les a maudit. Il a dit vous allez payer.

Jean-Marie Doré était un opposant, Siradiou Diallo était un opposant, Bâ Mamadou était un opposant, moi j’étais un opposant. Nous nous sommes battus, nous nous avions lancé de pierre ni cassé un bureau.

Je vous ai dit que la Guinée c’est comme un camion a 4 roues. Quand vous enlevez une roue, le camion ne marche plus. Moi j’ai gagné les élections présidentielles en 1993. Ils sont venus me voir pour me dire qu’est-ce que tu vas faire ? Conté va proclamer le résultat qu’il a gagné.

Les militaires aussi sont venus me voir. J’ai dit que je ne suis pas venu en Guinée pour gouverner les cimetières. Et j’ai pris mon avion je suis parti.

J’ai été opposant pendant 45 ans, la première république m’a condamné à mort par contumace, la deuxième république m’a condamné en prison. Je n’ai pas changé car je me bats pour le peuple dans la paix parce que le pouvoir c’est Dieu qui te donne .

Quand je suis devenu président, je vous ai dit que j’ai hérité d’une nation pas d’État. Parce qu’il n’y avait pas d’administration, il n’y avait pas de force de sécurité.

Avant mon arrivée, la Guinée n’avait jamais achevé un programme avec le fonds monétaire. Nous avions pu annuler la dette et on nous accordé une annulation de 3 milliards de dettes. Eux pendant 50 ans, ils n’ont pas pu le faire.

Malheureusement, nous avions Ebola pendant presque deux et demi et vous connaissez Ebola le mal qu’il nous a fait. Surtout dans la région forestière.

La nouvelle constitution est faite pour la jeunesse et pour les femmes.

La bonne partie de la population a moins de 35 ans. On ne peut plus donc marier nos filles à moins de 18 ans..

Je me rappelle de ma campagne quand j’étais opposant lorsque j’étais venu à N’zérékoré, j’ai dit que les étudiants peuvent recevoir les cours à partir de Londres, ils ont dit que c’est faux.

Quand le Real Madrid joue contre Barcelone est ce qu’on ne regarde pas en même temps que ceux qui sont là-bas ? Je dis alors (rires).

Je ne veux pas laisser la Guinée à ces fossoyeurs qui nous ont tant fait du mal. Je veux laisser la Guinée à la jeunesse, à la jeunesse, à la jeunesse qui n’a pas volé, qui n’a pas pillé, qui comprend le nouveau monde, qui maîtrise l’informatique qui sera prête pour la quatrième révolution.

Alors jeunesse, sois prête à prendre le pouvoir. Soyez prête à prendre le pouvoir, soyez prête à prendre le pouvoir. Alors la Guinée sera parmi les pays africains les mieux nantis dans cette quatrième révolution.

N’insultez pas quelqu’un, ne cassez rien. La politique c’est une confrontation d’idées. Alors nous voulons que les élections se passent dans la paix, dans la tranquillité et dans l’égalité. Laissons les jeteurs de pierres, nous nous voulons une Guinée pacifique, solidaire pour tous les Guinéens qui sont des frères, des sœurs.

Ne prenez pas à la légère cette maladie [Covid-19]. J’ai remarqué que vous ne la prenez pas au sérieux. Mais c’est la première fois dans l’histoire qu’aucun pays musulman n’a pu envoyer de pèlerin à la Mecque, aucun pays chrétien n’a pu envoyer de pèlerin à Rome où à Jérusalem. Donc ne prenez pas cette maladie à la légère.

La dernière fois l’église protestante a été cassée, la mosquée de Dorota a été cassée. J’ai déjà envoyé 5000 mille feuilles de tôles et 250 tonnes de ciments pour commencer à les reconstruire. Et la construction de votre barrage aussi va démarrer bientôt.

Jeunesse de N’zérékoré, levez-vous, assurez que chacun a pris sa carte d’électeur. Car cette élection, c’est pour vous, ce n’est pas pour les ministres.

Alors c’est vous qui devrez vous lever, aller voir vos copains, vos amis, de prendre leurs cartes et le 18 qu’on entende  au moins que N’zérékoré a fait 95℅.

95℅! 95℅! 95% !

Amara Souza Soumaoro, Correspondant a N’zérékoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.