Putsch au Mali : Côte d’Ivoire et Niger ferment leurs frontières. La Guinée louvoie-t-elle ?

Print Friendly, PDF & Email

La Côte d’Ivoire a été le premier pays de la sous-région ouest-africaine à appliquer à la lettre la décision de la Cedeao de fermer toutes les frontières avec le Mali après le putsch qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

Dans un communiqué, le pays du président Alassane Ouattara a annoncé que toutes ses frontières avec le Mali voisin sont fermées. Ainsi que toutes les transactions bancaires sont suspendues entre Abidjan et Bamako. Un véritable coup dur pour les nouveaux maîtres de Bamako qui perdent ainsi leur principale route de trafic commercial et bancaire. 

Ce jeudi, le Niger, pays qui assure la Présidence de la Cedeao l’a également annoncé : aucune frontière ouverte avec le Mali. La Guinée, l’un des pays les proches du Mali louvoie encore. Depuis hier, aucun communiqué sur cette décision de la Cedeao. Et les autorités guinéennes à tous les niveaux se muent dans un silence.

Au Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, aucune nouvelle. Peut-être que le pays attend la réunion extraordinaire de la Cedeao ce jeudi sur la situation au Mali.

Selon une source digne de foi, le président guinéen Alpha Condé a suivi de très près la situation au Mali et aurait eu des échanges avec son ami IBK, avant sa chute.

Focus

1 Commentaire
  1. Abdoul salam matty 3 jours il y a
    Repondre

    pourquoi fermer quelle est importance de ça
    c’est la population qu’ils va souffrir si la Cedeao peut passé autre méthode c’est mieux que ça

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.