Quelle transition pour la Guinée ? (Mohamed Sylla)

Print Friendly, PDF & Email

La proclamation de l’indépendance de notre pays, la Guinée, avait suscité beaucoup d’espoir. Au vu de la liesse populaire qui l’a accueillie.  L’avènement du CNRD le 5 septembre 2021 n’a pas été sans rappeler cette ferveur d’il y a soixante-trois ans. Cette situation particulière montre, avec évidence, la singularité et l’authenticité du peuple de Guinée. Un peuple fidèle à son histoire et soumis au même sort depuis plus de 60 ans. De feu Sékou Touré au Colonel Mamady Doumbouya, en passant par feu Lansana Conté, Capitaine Moussa Dadis Camara et Alpha Condé, le pays assiste à un perpétuel remake. Aux détails près.  A chaque fois, nous assistons à une prise de pouvoir laissant s’exprimer une immense joie populaire. Ce cas particulier de la Guinée nécessite une véritable réflexion sociologique sur la gestion du pouvoir  et l’enseignement qu’on en tire à tous les niveaux.

Combien de citoyens se sont enrichis sans gêne après leur passage aux affaires publiques ? Les chiffres sont alarmants et cela dure depuis plus de 60 ans. A croire que la morale et la religion ont perdu toute leur portée et n’existent plus chez nous. Il est évident que la rigueur et le sens des responsabilités dans la gestion des affaires publiques doivent être une priorité pour le CNRD. Afin de poser les bases d’une Guinée meilleure.

Les concertations engagées par la junte militaire permettront de faire un audit social avant d’enclencher un processus rigoureux de reconstruction qui passera indéniablement par la mise en place d’un socle de références.  Gage d’une transition sans faille.C’est utopique d’imaginer que la réussite de la transition sera la somme de toutes les propositions transmises par les différents acteurs lors de ces journées de concertations. Et que la reconstruction du pays pendant la période transitoire sera totale.

Le problème guinéen qui date de plus de 60 ans ne pourra guère être réglé si rapidement. Le mal est très profond et nécessite un travail de fond avec des actes forts.On peut puiser dans la vie des hommes et des peuples des exemples de réussite après de  sombres pages d’histoire .

Le Japon après la deuxième guerre mondiale

Détruit par les Américains, pendant la Deuxième Guerre Mondiale, nous avons assisté à un sursaut populaire du pays avec la mise en place des méthodes de travail comme le toyotisme. Méthode initiée chez le constructeur Toyota. Cette marque est d’une grande renommée de nos jours partout dans le monde. Au-delà même des réformes législatives engagées au Japon, la rigueur, la discipline du japonais et le retour de la diaspora japonaise ont été le socle du miracle Japonais. Le Japon a été admis dans le système des nations unies en 1956, deux ans seulement avant l’indépendance de la Guinée. Il est aujourd’hui parmi les pays les plus industrialisés au Monde. Rien n’est donc impossible avec la volonté et l’engagement du peuple. (Lire « Du miracle japonais aux incertitudes actuelles »).

L’exemple du Ghana avec Jerry John RAWLINGS

Il était affectueusement appelé JJ par le peuple ghanéen qui vivait une situation très atypique. Jerry John RAWLINGS, arrivé au pouvoir après trois (03) Coups d’Etat militaires est considéré, de nos jours, comme le Père Fondateur de la Démocratie Ghanéenne. L’histoire retient qu’il a réussi, après vingt (20) ans au pouvoir, à organiser au Ghana une transition politique apaisée qui fait de ce pays une référence dans la sous-région. Il a posé les bases de la prospérité économique du Ghana par son charisme et en luttant considérablement contre la corruption.

Après ce qui vient d’être dit peut-on, doit-on, s’attendre à une transition trop rapide ou même l’espérer ?

L’exemple du Rwanda après le génocide

Pays affaibli par le génocide en 1994, le Rwanda a su inventer un modèle depuis plus de vingt (20 ) ans avec l’avènement  de Paul Kagame devenu Président de la République en 2000. Kigali, la capitale du Rwanda, est considérée comme la « Suisse de l’Afrique ». Homme politique très charismatique, Paul Kagame a mis l’intelligence au centre du développement de son pays en préconisant un partenariat ambitieux à l’image des pays occidentaux.

Quelle transition pour la Guinée ?

A mon humble avis, pour une transition salutaire, le Colonel Mamady Doumouya doit articuler

# La mise en place des audits dans tous les secteurs clés de l’Etat,

#La renégociation « de bonne foi » de tous les contrats de l’Etat

# La mise en place d’une politique favorisant l’emploi des Jeunes.

#L’organisation des élections Municipales, Législatives et Présidentielle sera la résultante de toutes ces actions.

Au-delà même du cadre institutionnel indispensable, une élection sans électeurs clairement informés est vouée à l’échec. De ce fait, nos propositions s’inscrivent en trois grands points.

1. La mise en place des Audits dans tous les secteurs clés de l’Etat. L’objectifs des Audits est de récupérer les fonds détournés par tous les gestionnaires publics sans exception et à tous les niveaux.  Le cadre légal de ce dispositif doit être défini (Durée, composition et modalités). L’audit pourra permettre de recouvrer des millions de dollars dont une partie peut être affectée à l’emploi des jeunes.

A titre d’exemple, le Sénégal avec l’arrivée du Président Macky SALL au pouvoir en 2012, avait donné le choix aux anciens gestionnaires du pays de rendre librement les biens et fonds détournés. Confère rfi dans un article intitulé : « Le Sénégal a recouvré depuis 2012 plus de 234 millions d’euros dans le cadre de la lutte contre l’enrichissement illicite engagée sous le président Macky Sall. »

Cette initiative qu’on pourra nommer « Audit Hybride  » pourra être expérimentée en Guinée compte tenu de l’urgence de la situation.        

D’après Afrobarometer, « Sept Guinéens sur 10 (70%) affirment que les gens risquent des représailles s’ils signalent des actes de corruption aux autorités. La peur des conséquences négatives a connu une hausse de 7 points de pourcentage depuis 2017. »

2. La renégociation « de bonne foi » de tous les contrats de l’Etat.

Chaque période exceptionnelle nécessite des mesures exceptionnelles. Le CNRD doit soutenir cette thèse en bonne intelligence. De sérieux doutes planent non seulement sur les contours de la passation des marchés mais aussi sur la nature des contrats passés par l’Etat Guinéen au cours des dernières années (cf. le site internet suisse www.publiceye.ch, dans un article intitulé « C’est l’histoire de toute la corruption en Guinée »).

Le journal Suisse indique dans une affaire de corruption internationale concernant un permis minier en Guinée « … 51 % de ces concessions minières ont ensuite été revendues en 2010 au groupe brésilien Vale, pour 2,5 milliards de dollars, alors que seuls 170 millions de dollars avaient été investis. Une plus-value colossale, réalisée sur le dos de la population guinéenne… »

La mise en place d’une commission technique permettra probablement à la Guinée d’obtenir des millions de dollars. La Guinée est classée parmi les pays les plus corrompus dans le monde, occupant la 130e place sur 180 de l’Indice de la Perception de la Corruption dans le secteur public de Transparency International (2019).

3.La mise en place d’une politique favorisant l’emploi des Jeunes

Le CNRD doit mettre un accent particulier sur la Création et l’accompagnement des projets/jeunes en identifiant certains secteurs comme l’agriculture, l’élevage, le secteur informel, les NTIC, l’environnement … Il pourra lancer le concept « Une région, 100 projets jeunes » et en faire son modèle dans la sous-région.

La France expérimente actuellement le concept « Un jeune, une solution » qui enregistre déjà d’excellents résultats. Initié par le Président Emmanuel MACRON.  C’est l’un des plans les plus ambitieux de l’Europe.  Une réconciliation nationale ne peut être possible et efficace que dans un environnement économique prospère, équitable et basée sur une justice sociale sans équivoque.

Enfin, au-delà de l’acte courageux et responsable du 5 septembre dernier, que retiendra l’Histoire du Colonel Mamady Doumbouya ? La fin de la transition nous édifiera.

Mohamed SYLLA, Juriste, en Droit du travail,

 Spécialiste en gestion des organisations (Strasbourg France).

Email : mlaminesylla@yahoo.fr

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.