Qu’est devenu le soldat Michel Lamah ? «Il a giflé ma maman et l’a coincée. Il n’a pas l’habitude de faire ça »

Print Friendly, PDF & Email

Depuis hier, des nouvelles concernant le soldat Michel Lamah, l’un des hommes du colonel-président Mamady Doumbouya, qui a renversé le pouvoir d’Alpha Condé, circulent sur la toile. Il est rapporté que le jeune homme en uniforme -dont la photo a abondamment circulé au volant d’un véhicule qui transportait le 5 septembre dernier l’ancien président guinéen- aurait brutalisé des gens dans son quartier à Yimbaya. 

Ce lundi, 20 septembre 2021, pour mieux s’informer, notre reporter est allée à la rencontre des victimes. 

C’est à Yimbaya-Permanence, dans le secteur 3, que les événements se sont passés.

Selon les témoins, Michel Lamah qui est dans le quartier il y a plus de 10 ans, au domicile du colonel Claude Pivi, alias Coplan, aurait un comportement étrange depuis quelques jours maintenant. 

Aboubacar, fils de Maman Aminata Conté, l’une des victimes  des agissements  de Michel, est revenu sur les faits. « Ma maman a été agressée hier à 15 heures. On était là et la vieille a fait sortir sa voiture pour aller à Matoto avec son chauffeur et Michel s’est déplacé de chez lui, il est venu gifler ma maman, il l’a aussi coincée. Il n’a pas l’habitude de faire ça, c’est la première fois.  Parce que lui et moi on est très d’accord et même avec tous les jeunes du quartier.  Sauf hier, il a menacé une vieille et ma maman. Il n’était pas en tenue, il n’avait pas d’arme, pas de couteau. Il n’avait rien en main. Hier, il a juste fait un sacrifice, il a tué un bœuf et il a partagé à tout le voisinage.  Je connais très bien Michel. C’est mon partenaire et on était très d’accord. Je partais chez lui pour des causeries. Mais depuis avant hier, il est en train de menacer les gens ici. Moi-même hier il a giflé ma maman. C’est la première fois, sinon c’est un monsieur très gentil  et calme, il est tout le temps  avec les jeunes. Il blague, il aime les jeunes. Mais ces deux jours-là, ça ne va pas chez lui. Il a l’habitude de faire des sacrifices chez lui ici, il partageait des vivres aux gens avant même les événements du 5 septembre. Je ne connais réellement pas les causes de ses agissements mais selon certaines personnes, il a des gris-gris et que ce sont les effets de ces gris-gris là qui agissent sur lui. Effectivement, les militaires sont venus le chercher et quand ils sont venus, ils ont tiré deux fois, après ils sont partis avec Michel. Quant à ma maman, elle est au camp Alpha Yaya et ce sont les militaires qui prennent les soins en charge. »

Après le témoignage de ce jeune, ce fut au tour des autorités du quartier de s’exprimer sur le sujet.

Baf, une responsable locale -dont le nom a été volontairement modifié-, a ainsi donné sa version des faits confirmant qu’effectivement, il y a eu des mouvements hier dans son quartier mais n’en sait rien des causes des agissements de Michel. Elle a juste dit qu’il serait hostile à la couleur rouge. 

« Le samedi, les enfants sont venus en courant en me disant grand-mère, Lamah a commencé ses trucs-là .Mais tout le monde se demande quel truc.  On me dit encore que c’est un jeune qui portait un t-shirt rouge qui est passé devant sa cour et il paraît qu’il ne veut pas voir la couleur rouge, il est hostile à la couleur rouge. Donc c’est comme ça, il est parti s’attaquer au jeune, il l’a frappé, il a déchiré son t-shirt. Depuis lors, ça n’allait pas maintenant.  Même s’il voit une femme en foulard rouge, il vient immédiatement gronder sur elle et la bat. Il y avait tellement de monde quand on est venu sur les lieux ! Et à peine on s’est arrêté, trois pick-up sont venus mais ce n’était pas pour faire du mal aux gens, mais c’était juste pour leur faire peur afin de les disperser. Heureusement les citoyens nous ont entendu et chacun est rentré chez lui. Quand nous, nous sommes venus, nous avons retrouvé qu’ils ont envoyé Michel, on ne sait pas où. On sait seulement qu’ils l’ont envoyé. Les forces de l’ordre ont fait leur travail. Même le commandant s’est excusé auprès des citoyens qui ont été blessés. Selon le commandant qui était sur les lieux, il est venu au nom du colonel Balla Samoura. Ils ont envoyé les blessés à l’hôpital du camp Alpha Yaya. Et ils ont pris leurs soins en charge. Ils ont demandé de tout faire et sensibiliser les citoyens dont les parents ont été  victimes. Jusqu’à 17 heures hier, on était sur le terrain.  Lorsque le calme est revenu, le commandant est parti et nous aussi nous sommes rentrés chez nous. Mais depuis que ce petit est là, c’est la première fois. Il est là ça fait plus de 10 ans, sinon il est toujours avec les jeunes, il est très connu. Mais à l’heure là, il est très hostile à la couleur rouge. S’il voit quelqu’un en couleur rouge, non, non…. Surtout les femmes. Il a même donné un coup de pied à une femme enceinte. Je dois aller voir les victimes à l’hôpital. Pour le moment, je ne sais pas elles sont au nombre de combien. », a-t-elle expliqué.

Pour équilibrer l’information, nous avons voulu avoir la famille de Michel Lamah mais malheureusement la cour où il habite était fermée. Donc, nous n’avons pas eu accès à aucun membre de la famille. Et selon les témoins, les victimes seraient hospitalisées au camp Alpha Yaya pour des soins.

Dans une autre vidéo qui circule sur la toile -dont la date de réalisation n’est pas connue-, le concerné avec un autre jeune dans une voiture, lunettes au front, tête nue, collier au cou dément l’information et dit qu’il va bien. Il invite à ne pas écouter les rumeurs sur sa santé. 

« Bonjour, je suis avec mon combattant. Ceux qui sont en train de parler n’ont qu’à continuer de parler. Moi, je vais bien, je continue ma mission. La victoire est là hein, les forces speciales », dit-il avec le regard fixé dans la caméra du téléphone.

Christine Finda Kamano 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.