Connect with us

A la Une

Question pour un champion : M. Sano, avez-vous envoyé des sms au chef de l’Etat ?

« Je suis très calme, c’est pourquoi je laisse les gens s’agiter, mais ils ne trompent personne. La grève des enseignants l’année dernière, il y avait quelque chose derrière. C’était des gens qui pensaient qu’ils peuvent renverser le gouvernement en s’appuyant sur certains militaires. En tête [Abdourahmane] Sano de la PCUD, un petit bandit comme ça-là qui exploite ses travailleurs, qui ne les paient pas. Et qui après n’a pas honte de m’écrire : « président, pardon aide-moi » (Alpha Condé)

———–

M.  Abdouramane Sano a-t-il envoyé des sms au chef de l’Etat ? La question est toute simple. Le démenti aussi doit vraiment venir de l’incriminé. Pendant que le président de la PCUD était attendu dimanche soir avec une réplique à la hauteur de la grave accusation portée contre lui par le chef de l’Etat au siège du RPG, c’est une déclaration signée de la Cellule de Communication qui a été finalement brandie. Pourtant Abdourahmane Sano sait réagir et aime le micro et les médias. Les sms envoyés -s’il y a sms- c’est entre le chef de l’Etat et M. Sano. La PCUD -ni CIEPEX- en tant qu’institution ne peut répondre à cette question. M. Sano a-t-il envoyé des sms au président Alpha Condé pour lui demander de l’aide après toutes ses sorties tapageuses lors de la grève des enseignants ? Voilà une question toute simple. Même Toto sait qu’une question de cette nature se répond aisément. Les artifices ne doivent servir de fusibles. Et ce qui est intéressant dans ce jeu de ping-pong, c’est que la vérité ne peut être falsifiée. A beau vider les téléphones de MM. Condé et Sano, on n’effacera pas la mémoire des sociétés de téléphonie. Ça risque de chauffer et un pourrait passer pour un faux brave aux yeux de l’opinion. Que la vérité des sms l’emporte !!!

Noumoukè

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    25 mars 2019 at 7 h 29 min

    À mon humble avis, le sujet est suffisamment grave. Mais, il faudrait cependant, demander à Mr. Sano dans sa communication, de savoir raison garder dans ses réactions face aux informations que l’on vient d’apprendre.

    Il n’a aucunement besoin, de changer sa sérénité et son calme devant une situation aussi inédite que certainement tout le monde n’a appris qu’hier Dimanche seulement.

    Il ne perdra absolument rien du tout à rester calme et très patient, car l’adage populaire dit que, le temps est l’autre nom de Dieu. Il est fort possible que le Président de la République ait été trompé par des réseaux d’information obscure.

    Mr Sano Abdourahmane est un ancien Ministre de la République dont tout le monde connaît le background politique et administratif.

    Il est inutile de se demander à quel point il connait la gouvernance publique dans ce pays, et de douter qu’il doit savoir ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faudrait jamais faire, surtout lorsqu’il s’agit de la gestion de ses relations avec un Président de la République en exercice via SMS, ou d’un projet de coup d’état militaire contre un Président démocratiquement élu en Guinée. L’information est suffisamment grave dans tous les cas de figure.

    Quatre observations par rapport à votre papier:

    (1)Une idée me vient en tête dans ce genre de situation, puisque tout le monde connaît comment certains Guinéens sont spécialistes de complots et de méchanceté inutile contre leurs propres compatriotes, et d’intrigues et de manœuvres de déstabilisation des différents Présidents qui se sont succédé à la tête de ce pays.

    Le Président de la République n’a-t-il pas été ‘’piégé’’ de bout en bout par des forces obscures et des individus malintentionnées, à travers sa messagerie SMS (Short Message Service), et ce, durant la crise sociale du mouvement de contestation et de grève des Syndicats de l’Education nationale ?

    De quoi certains ont peur dans ce pays pour marcher sur les cadavres des autres afin d’assouvir leurs ambitions diaboliques et personnelles ? De rien.

    (2)Si Mr. Sano dit vrai, et je n’ai aucune raison de porter des jugements de valeur sur ses propos, dans ce cas, c’est qu’il y a de graves problèmes de sécurité dans la communication du Président de la Republique.

    Mais vraiment de graves failles dans le système de communication et d’accès à la messagerie présidentielle !

    Dans ces conditions, il faudrait se poser la question de savoir comment fonctionne la messagerie présidentielle en Guinée ?

    Doit-on comprendre que l’accès au téléphone et à la messagerie du Président de la Republique est tout simplement ouvert à tout le monde ?

    Si c’est le cas, ce n’est même plus la peine de continuer dans ce débat éminemment grave pour la sécurité nationale.

    C’est tout le système de la communication présidentielle et la sécurité même de l’information, qui posent dans ce cas, plus de problèmes au Président de la République que des supposés SMS attribués à Mr. Sano.

    Et dans tout ça, personne pour en alerter le Président de la République sur les dangers des fake news et des SMS ?

    (3)Ce serait probablement une excellente opportunité pour le Président de la République de faire auditer tout le système de communication en place, et de reconstituer toutes les sources qui lui ont fait comprendre que durant la grève des Enseignants, Mr. Sano, aurait joué un rôle quelconque pour orienter dans un sens ou dans l’autre, les mouvements de contestation venant des Syndicats d’Enseignants entre Octobre et Décembre 2018.

    De toute évidence, la technologie permet facilement de reconstituer la traçabilité de la communication présidentielle, et de déterminer le ou les vrais auteurs de l’escroquerie montée de toutes pièces pour mettre Mr. Sano Abdourahmane dans des problèmes graves liés à des soupçons de préparation d’un coup d’état en Guinée avec l’appui de militaires non identifiés à ce jour.

    (4)Si les Services présidentiels ne retrouvaient pas le ou les vrais coupables de l’escroquerie éventuelle et ceux qui ont fourni les informations sur le projet criminel de coup d’état, ce serait extrêmement grave et inquiétant pour l’avenir de la communication présidentielle. Et quel dommage !

    Il serait très souhaitable que des enquêtes approfondies soient ouvertes après le discours du Président de la République, parce que les informations fournies sont suffisamment graves aussi bien pour Mr. Sano que pour le fonctionnement même de la messagerie présidentielle.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinée.

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter