Connect with us

Societé

Ramadan : le premier imam de Labé demande aux commerçants de diminuer les prix des denrées alimentaires

Comme à l’approche de chaque mois saint de ramadan, le constat révèle que dans la commune urbaine de Labé, les commerçants se livrent à l’augmentation des prix des denrées de première nécessité dans les différents marchés.

Face à cette situation, le première imam de la grande mosquée de Labé, Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah lance un appel à l’endroit des opérateurs économiques en se basant sur les textes islamiques.

« A l’approche du mois saint de ramadan, certains commerçants qui sont vers chez nous, ont l’habitude d’augmenter les prix des denrées alimentaires. Ça, c’est une réalité. Ces commerçants augmentent ces prix alors qu’ils savent tous qu’en ce moment, tous les fidèles ont besoin de ces aliments. Donc, je les exhorte car, nous savons tous que des sacrifices est très importants pour les musulmans, surtout pendant le mois de ramadan. Nous demandons aux commerçants, nous leur disons pas de réduire le prix d’achat, mais les bénéfices, c’est là-bas que nous les demandons de réduire jusqu’au dernier degré. En prenant cela comme un sacrifice pour le mois de ramadan. Donc, nous espérons que les prix ne seront n’augmenteront pas pendant le mois saint de ramadan. Pendant  le ramadan, si tu fais du bien, Dieu va multiplier cela pour toi. Donc, nous demandons aux commerçants de penser aux citoyens en nous aidant dans ce sens.  Si tu accepte de diminuer ton bénéfice à cause du ramadan, Dieu va te récompenser à l’au-delà. Dans les autres pays musulmans, les commerçants diminuent les prix à chaque ramadan. Et comme la guinée est à majorité musulmane, nous demandons aux commerçants d’emboiter les pas. Donc, chaque commerçant est prié de nous aider à ne pas augmenter les prix », dira entre autres l’imam ratib de la grande mosquée de Labé.

A noter que les bouches de Labé n’excluent pas d’augmenter le prix du Kg de viande qui se négocie présentement à 35 mille fg jusqu’à 40 mille fg, pour crise de bœufs, disent-ils. Pour les autres diarrhées alimentaires, déjà le prix du sac de lait a été revu à la hausse, un sac qui était vendu à 600 mille est actuellement vendu à 700 mille fg.

Nous y reviendrons !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook