Ramadan : nuit agitée à Siguiri, après l’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées

Print Friendly, PDF & Email

Juste après la publication de la décision interdisant les prières nocturnes (Qiyam al-layl) collectives des dix derniers jours de ramadan dans les mosquées, les fidèles musulmans ont manifesté leur mécontentement dans la ville de Siguiri.

Dans la nuit d’hier lundi, les musulmans se sont rendus en masse à la résidence privée du préfet de Siguiri pour exprimer leur colère contre la décision du secrétariat général des Affaires religieuses (SGAR), en concertation avec l’ANSS,  avec slogan “Allahou akhbar”.

“Cette décision du gouvernement, nous la contestons, nous ne sommes pas d’accord, nous n’allons plus accepter cela”, lâche un fidèle, visiblement très fâché.

 Très rapidement, le préfet de Siguiri colonel Moussa Condé a pris des dispositions nécessaires en appelant la CMIS de Baffinda qui ont fait usage du gaz lacrymogène pour disperser les protestataires.

Au moment où nous mettions en ligne cette dépêche, imams, muezzins et autres chefs religieux rouspètent contre cette interdiction de Qiyam al-layl pour cause de covid-19.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+234622478601

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.