Rebaptisation de l’aéroport de Conakry au nom de Sékou Touré : 61% des Guinéens favorables selon l’enquête IGES

Print Friendly, PDF & Email

Depuis son coup de force qui a renversé Alpha Condé du pouvoir, le 05 septembre 2021, les actes du colonel Mamadi Doumbouya étaient jusque-là appréciés de tous les guinéens ou presque. Mais, le décret du président de la transition changeant le nom de l’aéroport international de Conakry, au nom du président Ahmed Sékou Touré, père de l’indépendance nationale fut un sujet de controverse. Plusieurs voix dont l’association des victimes du camp Boiro (AVCB) ont fustigé la décision qu’elle a jugée « inopportune » du colonel Mamadi Doumbouya.

Vu l’ampleur du débat qu’a suscité l’acte du président de la transition, l’institut guinéen d’études et de sondages (IGES) a mené une enquête pour recueillir les opinions des Guinéens sur la rebaptisation de l’aéroport international de Conakry-Gbessia.

A l’issue de l’enquête réalisée par l’IGES, 61% des Guinéens estiment que la rebaptisation de l’aéroport international de Conakry est « une reconnaissance méritée » pour le père de l’indépendance guinéenne.

25% estiment que le changement de nom de l’aéroport au nom de Sékou Touré est « une offense aux victimes du premier régime »

14% se sont abstenus de tout commentaire.

Il ressort de l’enquête de l’IGES que les jeunes âgés de 18 à 24 ans (78%) et ceux âgés de 25 à 34 ans (62%) sont ceux qui pensent que la rebaptisation de l’aéroport international de Conakry est une récompense méritée à celui qui a donné l’indépendance à la Guinée.

L’enquête de l’IGES révèle que les personnes les plus âgées sont celles qui se sont majoritairement opposées et estiment que la rebaptisation de l’aéroport est une offense pour les victimes du premier régime. Ainsi, les personnes âgées de 36 à 44 ans représentent 28% et celles âgées de 45 à 59 ans sont 38%

Les Guinéens âgés de 70 ans et plus représentent 67% des personnes qui estiment que le changement de nom de l’aéroport au nom de Sékou Touré est une offense pour les victimes du premier régime guinéen.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.