Recrudescence de la justice populaire : le procureur de N’zérékoré monte au créneau

Print Friendly, PDF & Email

Se rendre justice est une violation des droits de l’homme, mais reste la forme de justice préférée par les justiciables dans la commune urbaine de N’zérékoré, au sud du pays.

Interpellé par notre rédaction face à la montée en puissance des verdicts populaires, le substitut du procureur, Marcel Malick Oularé expliqu  que les enquêtes sont déjà ouvertes à cet effet.

« Les dispositions sont prises parce que nous avons plusieurs situations comme ça. On aura plusieurs dossiers lorsque les auteurs sont identifiés. Pour ce cas précis, j’ai ordonné à la police de mener les enquêtes depuis hier en commençant d’abord par la victime du vol. On avait réussi les informations qu’il y’avait deux voleurs et que c’est le second qui a été lynché dans le chantier où il a été appréhendé. On déjà un cas comme ça aussi où un quelqu’un a tiré sur un présumé voleur. Bientôt ce jugement va se tenir. En plus, nous sommes en train d’envisager aussi des projets de sensibilisations avec nos partenaires pour mieux informer les citoyens sur les conséquences de la justice populaire », précise le magistrat.

Pour rappel, dans la journée du jeudi, 4 février dernier, dans le quartier Gonia, commune urbaine, c’est un présumé voleur qui a été lynché par une foule très en colère. Ce qui relance à nouveau la problématique du manque de confiance entre la population et la justice. Les réactions qui ne sont pas sans conséquence sur la quiétude dans la région. En 2013 par exemple, la région a été le théâtre des violences communautaire à cause de cette forme de justice que préfère beaucoup.

Ce jour, tout était parti lorsque un apprenti d’un kiamotor a été confondu à un voleur avant d’être tué dans une station à koulé, village natal de l’ex-chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara à 40 kilomètres de N’zérékoré.

Mais contre toute attente, ce crime avait vite pris un relent communautaire qui s’était transporté à N’zérékoré entre Kpelé et konia et a fait des dizaines de morts.

Amara Souza Soumaoro, Correspondant à N’zérékoré

+224 621941777

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.