Recrutement au sein de l’armée : le ministre de la Défense annonce que l’organisation et la 
conduite des opérations de présélection relèvent exclusivement des préfets et maires

Print Friendly, PDF & Email

Communiqué de presse – Dans le cadre de l’application des dispositions contenues dans les différents 
communiqués de presse relatifs au recrutement des jeunes gens au sein des 
Forces Armées Guinéennes, au courant de l’année 2019, l’organisation des 
épreuves de présélection des candidats (es) a été déléguée aux Commissions 
d’enquête de moralité placées sous l’autorité directe du ministère de l’Administration du Territoire 12t de la Décentralisation.

A ce titre, le Ministre d’Etat Chargé des Affaires Présidentielles, Ministre de la 
Défense Nationale demande au Ministre de l’Administration du territoire et de 
la Décentralisation de bien vouloir informer les préfets et les maires des cinq 
(05) Communes de la Zone Spéciale de Conakry que l’organisation et la 
conduite des opérations de présélection relèvent exclusivement de leurs 
compétences.

Ces opérations de présélection se dérouleront de la manière suivante:

1- Catégorisation des candidats (es) : pour l’ensemble des épreuves sportives et 
intellectuelles, les candidats (es) seront repartis en deux (02) catégories:

a)- Première catégorie: elle regroupera les candidats détenteurs ou détentrices 
du baccalauréat ou baccalauréat et plus;

b)- Deuxième catégorie: elle sera composée de candidats et candidates ayant 
les niveaux inférieurs au baccalauréat ou qui sont détenteurs ou détentrices de 
diplômes techniques et professionnels.

2- Epreuves sportives: pour chaque catégorie, les candidats seront repartis par 
sexe. Les épreuves sportives comporteront respectivement la course à pied, les 
abdominaux et les appuis faciaux (pompes). Il est à noter que les éliminations 
des candidats (es) se font au fur et mesure du déroulement de ces épreuves.

a)- La course à pied: il s’agira, sans limitation de temps, d’effectuer une course à 
pied sur une distance de huit (08) kilomètres pour les candidats et de six (06) 
kilomètres pour les candidates.

b- Les abdominaux : les candidats (es) doivent, sans discontinuer, effectuer 
quinze (15) abdominaux; les deux bras croisés derrière la tête, les deux jambes 
repliées et les deux omoplates touchant le sol;

c- Les appuis faciaux (pompes) : les candidats (es) doivent, la face tournée vers 
le sol, le corps gainé, les jambes bien allongées et la pointe des pieds au contact du sol, exécuter un mouvement de flexion des bras appuyés sur le sol en 
montant et en descendant jusqu’à quinze (15) fois consécutives.

3- Epreuves intellectuelles: les candidats et candidates ayant été retenus à l’issue 
des épreuves sportives seront soumis aux épreuves intellectuelles composées de 
dictées et questions dont le choix des textes sera fait en fonction des catégories 
citées ci-dessus, sans distinction de sexe. Ce choix est laissé à la discrétion des 
organisateurs.

4- Effectifs maximums à présélectionner :

a)- Pour les Préfectures des chefs-lieux des Régions Naturelles à savoir: Kindia, 
Labé, Kankan et N’zérékoré : trois-cents (300) candidats (es) par Préfecture ;

b)- Pour les Préfectures des chefs-lieux des Gouvernorats de Faranah, Mamou et 
Boké : deux-cent-cinquante (250) candidats (es) par Préfecture ;

c)- Pour les autres préfectures: deux-cents (200) candidats (es} par Préfecture; 


d)- Pour les cinq (05) Communes de la Zone Spéciale de Conakry: deux-cent- 
cinquante (250) candidats (es) par Commune.

5- Dates des opérations de présélection des candidats (es) : les opérations de 
présélection commenceront, sur toute l’étendue du territoire le vendredi 05 avril 2019 et prendront fin le lundi 15 avril 2019.

A l’issue de toutes ces opérations de présélection, les listes définitives des 
candidats (es) présélectionnés seront établies et visées uniquement par les maires 
pour les cinq (05) Communes de la capitale; et à la fois par les Préfets et les 
maires des Communes urbaines pour les Préfectures. Toutefois, la Centralisation de ces listes se fait par les préfets au niveau des Préfectures.

Toutes les listes des candidats (es) présélectionnés seront disponibles à ces différents niveaux jusqu’à l’arrivée de la Commission Nationale de Recrutement.

Conakry, le 27 mars 2019


Le ministre d’Etat

Docteur Mohamed DIANE

 

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 1 an il y a
    Repondre

    Grand merci à Son Excellence Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense Nationale et plein succès pour ce projet qui arrive à point nommé, particulièrement en ce qui concerne le climat des affaires et la sécurité publique en Guinée via le renforcement des capacités et des équipements de la Police et de la Gendarmerie Nationale.

    Deux remarques, à la haute attention de Monsieur le Ministre d’Etat en charge de la Défense Nationale, et des ONG en charge du plaidoyer en faveur de la representation des femmes de Guinee:

    (1)La politique du genre et de la représentation des femmes au niveau de la Défense Nationale et des forces de la Sécurité Publique.

    L’on a envie de savoir, où sont les avocats de la politique du genre et où est le discours des ONG et autres défenseurs de l’émancipation de la femme de Guinée ?

    Ils vont rater une autre belle occasion de s’organiser pour faire un grand plaidoyer en faveur des femmes durant la sélection et le recrutement des femmes qui seraient potentiellement bien aptes à participer à l’opération actuelle initiée par le Ministère de la Défense Nationale, alors que le minimum qu’ils auraient dû faire, aurait été de se battre pour obtenir au moins 30 à 40 pour cent de candidatures féminines.

    C’est très dommage pour ceux ou celles qui devraient faire le plaidoyer pour l’émancipation et la participation de la Femme de Guinée à la Défense nationale et à la Sécurité Publique du pays. Les statistiques actuellement disponibles ne sont pas du tout encourageantes sur ce plan en Guinée

    (2)Une autre remarque à la haute attention de Son Excellence Monsieur le Ministre D’Etat, Ministre de la Défense Nationale.

    Il est très regrettable de constater les sous-effectifs criards de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale dans les Préfectures et Régions du pays, rien qu’en suivant les reportages et constats de la Presse Guinéenne.

    Dans les conditions actuelles de l’ouverture du pays aux immenses investissements internationaux et de l’ouverture des frontières de l’espace CEDEAO, il serait très difficile de maintenir l’engouement et la dynamique de l’attraction des investisseurs pour s’installer en Guinée, sans une Sécurité Publique, plus forte et mieux équipée, plus robuste et beaucoup mieux motivée dans sa mission républicaine.

    Actuellement la Guinée est classée par certains observateurs indépendants, parmi les pays ayant les plus faibles ratios de couverture du pays par la Sécurité Publique en Afrique Subsaharienne et c’est très dommage pour nous, en lisant la Presse.

    Il me semble que la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale devraient largement bénéficier du programme de sélection et de recrutement actuel annoncé par le Ministère de la Défense Nationale, car les défis qui sont devant elles, sont immenses.

    Il s’agit et je me permets de le répéter, de la question essentielle du maillage complet et de la couverture du pays par les forces de Police et de Gendarmerie, de la modernisation de leurs équipements en vue de garantir la sécurité quotidienne des biens et des personnes en Guinée, l’une des conditions essentielles pour rendre le climat des affaires plus favorables aux investissements.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinee et bonne journée de travail chez vous.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.