Récupération des domaines de l’Etat à N’zérékoré : des citoyens s’interrogent sur l’opportunité de l’opération

Print Friendly, PDF & Email

La récupération des domaines de l’État dans le pays crée la psychose et la panique chez bon nombre de citoyens. C’est le cas à N’zérékoré, principale agglomération de la Guinée forestière où plusieurs quartiers sont concernés dont Commercial, Secteur (Djankadissa, Ossud) Angola, Mohomou, Tilepoulou.

Pour les citoyens, le moment est mal choisi, à cause, disent-ils,  de la crise économique que vivent  les Guinéens. « Les Gens n’ont pas quoi à manger et puis l’Etat décide en ce moment de faire sortir les gens des bâtiments qu’ils ont occupés durant des années. C’est pour créer aussi de la frustration dans une région que nous connaissons tous.  Je pense que le gouvernement doit revoir sa copie. Il y a beaucoup de choses à faire dans ce pays. Il faut chercher à améliorer les conditions de vie des citoyens au lieu de les enfoncer dans la misère. Je ne comprends pas du tout le bien-fondé de cet autre sinistre que les militaires aussi veulent faire subir aux pauvres citoyens que nous sommes », a réagi Oumar KABA. Un avis partagé par Roger Gbilimou, qui pense aussi que cette opération n’est pas opportune en ce moment.

« Où les gens vont aller?  Ce n’est pas opportun de mener maintenant cette politique. Car ça fera assez de victimes. Il serait mieux de se pencher sur autre chose dont le pays a tant besoin. N’zérékoré est aujourd’hui frappé par la pauvreté, que nous connaissons. Il ne faut pas enfoncer la situation des pauvres gens. Je suis vraiment déçu de la feuille de route de cette transition, mais particulièrement du colonel Mamadi Doumbouya », déplore ce citoyen. De son côté, Aly Condé estime que l’État veut faire du tort aux gens.

« Pendant plusieurs années, les gens  habitent sur ces domaines qui ont été bien donnés par les cadres du pays, notamment ceux de l’Habitat. Légalement, les gens ont acquis leurs domaines avec tous les documents légaux. Ce n’est pas en pleine journée que l’État va se réveiller de son sommeil et dire que ceux qui ont vendu ces domaines ne sont pas des Guinéens. C’est pourquoi je conseille à toutes ces personnes qui seront victimes de se mettre en collectif et poursuivre l’Etat en  justice afin d’être rétablis dans leurs droits », indique Aly Condé.

Cécé Loua, l’ex-maire de la commune urbaine de N’zérékoré, a lui suggèré aux nouvelles autorités de mener cette opération avec plus d’humanisme. « Moi je plaide pour la cause des citoyens pauvres. Il faut que l’État les laisse dans les maisons et les faire payer. Cet argent pourra servir beaucoup à l’Etat. Mais c’est difficile de déloger ou de casser tous ces bâtiments. Je pense que Doumbouya doit éviter de porter cette responsabilité », explique le maire, qui a deux de ses maisons concernées par cette campagne de récupération.

Selon nos informations, la semaine à venir, cette opération devrait commencer. Et les autorités avertissent qu’elles ne reculeront pas.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.