Référendum du 28 septembre 1958 : Ismaël Condé explique le « NON » de la Guinée

Print Friendly, PDF & Email

Le 25 août 1958, le général De Gaulle faisait campagne en Afrique pour proposer aux colonies françaises une collaboration appelée « Communauté française ». En Guinée, il s’est heurté au refus de Sékou Touré. Un refus qui a abouti au « NON » du referendum du 28 septembre 1958.
A l’occasion de la célébration de cette date historique, le sociologue, Ismaël Condé a expliqué ce jeudi 26 août au cours d’une conférence de presse, « A quoi le peuple de Guinée a-t-il dit non au referendum du 28 septembre 1958 ? » Selon lui, le peuple de Guinée a dit NON à la communauté franco-africaine à cause de la « Tromperie » de la France.
« Ce à quoi, on a dit non le 28 septembre, c’était que le Parti démocratique de Guinée (PDG) analysant les propositions du général De Gaulle de la communauté, le PDG a dit comment est-on indépendant quand on ne répond pas présent aux Nations unies parce que les affaires étrangères étaient détenues par la France. Le PDG a dit comment est-on indépendant quand on est pas responsable de sa propre dépense, de sa propre monnaie, de sa politique financière et économique, de la politique des matières premières stratégiques. Où est l’indépendance quand les communications et les transports extérieurs relèvent du maître colonial ? Quand l’enseignement supérieur et la justice relèvent de l’ancien colonisateur ? Comment est-on indépendant quand le colonisateur continue à être président d’un ensemble que vous appelez communauté franco-africaine ? », a expliqué Ismaël Condé, ancien professeur de sociologie à la retraite avant d’ajouter : « C’est à partir de cette analyse que le PDG a dit que la communauté franco-africaine est l’association du cavalier et du cheval. La France étant le cavalier et la colonie, le cheval »
A en croire Ismaël Condé, le PDG s’est battu pour l’indépendance de la Guinée depuis sa création en 1947 et conformément au programme établi par le Rassemblement démocratique africain (RDA).

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.