Refus de prendre part aux festivités de l’an 60 de la Guinée : Me Mohamed Traoré démonte l’argumentaire de l’opposition

Print Friendly, PDF & Email

S’il est vrai qu’une partie de l’Opposition a demandé à ses militants de ne pas prendre part aux festivités commémoratives des soixante ans de notre indépendance, c’est une grave erreur pour ne pas dire une faute.
Il est important de rappeler que c’est dans un élan d’unité et de solidarité que les Guinéens ont voté massivement non le 28 septembre 1958 et opté pour l’indépendance qui a été proclamée le 2 octobre 1958. Les leaders politiques qui ont conduit cette marche vers la souveraineté nationale et internationale étaient de toutes les ethnies et de toutes les obédiences politiques.
C’est dire que le fête du 2 octobre appartient à tous les Guinéens. Nul ne peut se l’approprier.
Selon certaines sources, l’opposition explique sa position par le fait que le lieu de célébration de cette fête, en l’occurrence le Stade du 28 septembre ne serait pas bien indiqué en raison des massacres qui y ont été perpétrés en 2009. Organiser des réjouissances en cet endroit équivaudrait à souiller la mémoire des victimes.
Il est important de rappeler que tous les Guinéens, en tout cas bon nombre d’entre eux, sont encore marqués dans leur chair par ces événements tragiques et demandent justice. Là également, nul n’a l’exclusivité des souffrances causées par ces tueries et viols commis en pleine journée.
Mais l’explication de l’Opposition paraît peu convaincante pour deux raisons au moins. D’une part, des matchs de football et des concerts ont souvent été organisés au Stade du 28 septembre sans que cela ne suscite aucune réaction, aucun signe de désapprobation de la part de cette Opposition.
D’autre part, le Chef du principal de l’Opposition avait amorcé un rapprochement avec le Chef de Junte militaire sous laquelle les exactions évoquées plus haut ont été commises.
Si l’Opposition s’en tenait uniquement au motif lié à la politisation à outrance de la célébration, il y aurait eu matière à débat.
Mais en refusant de s’associer à la fête avec l’argument invoqué, je ne suis pas certain que cette Opposition se soit rendu un grand service. Elle a permis au Pouvoir de tirer un bénéficie, à lui tout seul, de la réussite de l’événement. Parfois, un homme politique doit savoir et pouvoir s’élever et se mettre au-dessus de certains calculs.

Me Mohamed Traoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.