Remède malgache contre le Covid-19. Diawara de la MAOG appelle ‘’l’Afrique à se décomplexer, la science est impersonnelle et universelle’’

Print Friendly, PDF & Email

Depuis l’annonce faite par le président malgache Andry Rajoelina concernant le remède traditionnel malgache dit amélioré et pouvant guérir le Covid-19, pour Lansana Diawara pas question d’attendre pour s’en procurer.

Selon le coordinateur national de la Maison des Associations et ONGs de Guinée (MAOG) que nous avons joint ce mardi 21 avril 2020, il s’agit là d’une annonce à plusieurs sens.

« Nous avons été agréablement surpris d’apprendre l’annonce du président malgache avec l’institut malgache de la recherche scientifique sur un médicament qui traite le coronavirus. Cette annonce pour nous a plusieurs sens. D’abord la première des choses, l’Afrique doit se décomplexer. L’Afrique et ses dirigeants doivent comprendre que la science est impersonnelle et universelle. La recherche scientifique, tout le monde en a accès et chacun peut y faire, chacun peut apporter sa partition », a estimé Lansana Diawara.

Selon notre interlocuteur, les chercheurs africains sont capables de trouver des remèdes à toute maladie. « N’attendons pas seulement que des résolutions venant des labos occidentaux notamment la France ou les États-Unis ou l’Allemagne pour prendre les choses au sérieux. Les chercheurs africains des pays africains sont capables de trouver des remèdes à n’importe quelle pandémie ou maladie sur la planète. Donc il faut que nous prenons très au sérieux le président malgache. Il ne faut pas que nous prêtons flanc au lobbying pharmaceutique, aux industries des médicaments qui pourraient engager dans les jours à venir de vastes campagnes de dénigrement et de discrimination à l’égard de ce produit par un africain », affirme-t-il.

Estimant qu’il faut des solutions africaines pour des problèmes africains, Lansana Diawara appelle les Chefs d’État africains à ne pas tomber dans le complexe d’infériorité.

« Chacun peut trouver une solution. Chacun peut trouver quelque chose de merveilleux aux problèmes qui assaillent l’humanité. Donc sur ce, nous demandons au Président Alpha Condé, au Premier ministre, au président en exercice de la CEDEAO, au président en exercice de l’Union africaine de rentrer en contact avec le Président malgache, de prendre des doses et distribuer dans les pays africains. Ayons le courage, ayons foi en Dieu. Comme le Président malgache a dit, ayons foi en Dieu, ayons foi en nous-mêmes. Il ne faut pas que les chefs d’État africains tombent dans le complexe d’infériorité pour dire que c’est un de nous donc nous n’allons pas l’accompagner pour une question de complexe. Il faut qu’ils stoppent ça. Je pense que le Président Alpha Condé si il a bien une qualité c’est cette qualité de fierté en tant qu’Africain. Ça au moins on reconnaît ça en lui. Il faut qu’il porte ce projet, il faut qu’il l’impulse. Prenez des doses, 100 doses. Venez essayer ça à nos malades du coronavirus à Donka. On n’a rien à perdre. Absolument rien à perdre. Ne pas le faire c’est le complexe. Ne pas le faire ce n’est pas couper le cordon ombilical. Si on est prêt à couper le cordon ombilical comme certains l’ont dit, il faut qu’on ait le courage d’aller prendre quelques doses de ce remède du Président malgache et venir essayer en Guinée et également dans d’autres pays. Et encourager également nos chercheurs scientifiques guinéens qui ont aussi la capacité d’essayer d’autres choses et trouver des solutions. Il faut que nous comprenons à un moment donné qu’en fin de compte la science est impersonnelle et universelle », a conclu Lansana Diawara, le coordinateur national de la Maison des Associations et ONGs de Guinée-MAOG.

Maciré Camara 

 

1 Commentaire
  1. TAWA KOLAWOLÉ Kowiou 1 mois il y a
    Repondre

    You’re really right.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.