Rencontre avec le CNRD: « nous sommes victimes de nos collègues pharmaciens » (porte-parole vendeurs non agréés)

Print Friendly, PDF & Email

Neuf jours après le début des consultations nationales pour une transition inclusive et apaisée, initiées par le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD), à sa tête le colonel Mamadi Doumbouya, ce jeudi 23 septembre ce fut au tour des pharmaciens et médecins d’être reçus, dans la soirée, par les nouvelles autorités du pays.

Après deux heures d’échanges à huis-clos entre les deux parties, dans la salle de l’hémicycle du Palais du Peuple, les vendeurs de produits pharmaceutiques importés non agréés ont dit avoir trouvé cette rencontre fructueuse. Ils l’ont fait savoir à travers leur porte-parole.

«Nous sommes très contents de cette rencontre d’échanges. Ça nous va droit au cœur. Nous remercions le CNRD, nous estimons qu’ils vont continuer à sauver le peuple de Guinée. La décision qu’ils ont prise le 5 septembre restera dans l’histoire de notre pays.», a fait savoir Amadou Oury Barry.

En tant que vendeurs de produits pharmaceutiques non agréés, poursuit-il, « il était important pour nous de venir ici rappeler aux nouvelles autorités du pays, la démagogie et la diffamation dont nous sommes victimes de la part de nos collègues pharmaciens. Ils achètent des produits avec nous pour revendre dans leurs pharmacies et nous ne revendons pas au même prix et puis ils s’acharnent contre nous. En plus de ça, ils ne veulent pas que nous vendions sur le même territoire national.» 

Pour finir, le porte-parole des vendeurs des produits pharmaceutiques importés non agréés a rappelé ceci : «les vendeurs des produits pharmaceutiques ne sont pas les ennemis du peuple. Aujourd’hui, on se pose des questions de savoir  ce que veulent Manizé Kolié et Cie.  Est-ce qu’il y a une pharmacie dans le village de Manizé Kolié ? Nous employons des jeunes Guinéens. Parmi nous, il y a des universitaires qui ont fini leurs études et qui, malheureusement, n’ont pas eu de travail. Pourquoi ne pas réglementer ce secteur ?»

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.