Renversement du pouvoir Condé : la MAOG demande l’audit des comptes de l’État

Print Friendly, PDF & Email

Les déclarations se multiplient après l’accession au pouvoir de la junte militaire. Lors d’une conférence de presse tenue hier mardi 07 septembre, la Maison des Associations et ONG de Guinée  (MAOG), à travers Lansana Diawara, son coordonnateur national, a réclamé des nouvelles autorités qu’un audit soit fait sur les comptes de l’État afin de déterminer son état. 

« Nous recommandons vivement une enquête indépendante sur les comptes de l’État. Aujourd’hui, nous savons que l’administration continue à fonctionner par les secrétaires généraux, les préfets sont remplacés. Donc, je pense qu’au cours de cette transition, il faut que nous mettions l’accent dès maintenant, auditer les comptes de l’Etat pour savoir quelle est la santé financière de l’Etat, pour ne pas qu’il y ait des mouvements financiers au niveau des comptes de l’État pendant que le CNRD est en train de faire des réformes, en train d’asseoir la transition. Alors, dès maintenant  il faut déjà qu’on soit situé pour connaître l’état de santé réel des finances publiques, pour connaître l’état de santé réel des comptes de l’État. Et après ça, il faut auditer aussi les  comptes des ministres pour savoir qui a fait quoi et qui était derrière ça. C’est extrêmement important pour la bonne réussite de cette transition », 

Bien que ne doutant pas de la volonté du CNRD de bien faire les choses, Lansana Diawara demande que des enquêtes approfondies et indépendantes soient ouvertes pour situer les responsabilités sur les cas de centaines de morts. « Nous, on ne doute pas de leur volonté sur les choses, mais il faut ouvrir des enquêtes approfondies mais surtout indépendantes, qui seront pilotées par la communauté internationale, la CEDEAO, l’Union Africaine, pour situer les responsabilités. Ceux-là qui ont tué des centaines de Guinéens, et pour rien, il faut régler cette question, sinon si ce n’est pas fait, ça devient un mauvais précédent. Même le président qui viendra après la transition, il sera prêt à massacrer des citoyens comme pour dire oui après on oublie. Donc, on est d’accord pour la réconciliation nationale mais derrière il faut qu’il y ait une justice », a-t-il estimé.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.