Réouverture des frontières au niveau de la CEDEAO : ‘’seule la voix des chefs d’Etats est prépondérante’’ (Bouréma Condé)

Print Friendly, PDF & Email

Face à la presse ce mardi, 30 juin, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a été amené à se prononcer sur une question intéressante qu’est la suivante :

 La CEDEAO propose le 15 juillet prochain comme date pour l’ouverture des frontières entre ses pays membres. Est-ce que la Guinée sera prête à cette date pour l’ouverture de ses frontières ?

Sur la question, Gl Bouréma Condé a tenu à préciser : « Vous savez, notre pays la Guinée est membre fondateur et partie prenante à tous les coups et décisions de la CEDEAO. C’est vrai ! Mais par rapport à cette pandémie, ceux-là qui ont fait leur regroupement par des entités géographiques des siècles et des siècles avant notre pays, je veux parler de l’Europe, ni à la fermeture des frontières, ni à leur ouverture par rapport en tout cas à cette pandémie, rien n’a jamais fait l’objet de consensus. Chacun des Etats membres étant préoccupés par la réalité de la maladie sur son sol, quand vous êtes voisins à un pays où la maladie sévit à grand coût et que vous vous sentez relativement moyen, quand on vous dit qu’on doit ouvrir les frontières le 15 juillet, c’est vrai, mais ça pose problèmes. Aujourd’hui, le Sénégal par rapport à la Guinée, il y a une très grande différence en termes de gestion de la maladie. Mais par rapport au sujet, je voudrais vous dire que seule la voix des chefs d’Etats qui agissent au nom de leurs pays est prépondérante. Les chefs d’Etats qui sont les mieux indiqués pour prendre la décision ultime par rapport au sujet se prononceront à temps opportun. »

Youssouf Keita  

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.