Résolution contre les coordinations régionales : ‘’j’ai observé une incohérence notoire’’ (Kaba du parti FIDEL)

Print Friendly, PDF & Email

Le président du parti Forces des Intègres pour la Démocratie et la Liberté(FIDEL), Mohamed Lamine Kaba, est l’un des quatre députés qui se sont abstenus de voter la résolution sur les coordinations régionales ce mercredi, 6 janvier 2021 à l’hémicycle.  

Interrogé, il est largement revenu sur les rasions de son choix en ces termes :

« D’abord, je voudrais dire que je suis avec l’esprit et l’objectif qui motivent l’Assemblée nationale à prendre une résolution. Dans le document que nous avons (la résolution elle-même), j’ai observé une incohérence notoire. L’incohérence est que si vous avez le document en question, la dernière ligne de la première page, il est bien mentionné au niveau de l’aliéna 2 de l’article 11 de la Constitution : ‘’Les institutions communautaires, religieuses se créent et s’administrent dans le respect des principes de la loi et l’ordre public’’. Donc, j’entends par institutions communautaires, les organisations telles que les coordinations régionales et assimilés. Ce qui veut dire clairement que c’est déjà reconnu dans la constitution. Et la phrase suivante, c’est-à-dire au niveau de la deuxième page, il est écrit encore : ‘’Entendu que les coordinations régionales ne sont pas des structures prévues par la loi et par conséquent, sont informelles et se sont constituées par coctage et auto-désignation’’. Ce qui veut dire que c’est déjà reconnu, mais on nie l’évidence comme quoi, ce n’est pas reconnu et que ce n’est pas prévu par la loi. Alors que la Constitution est la loi mère », dira-t-il.

Poursuivant, il a tenu à préciser : « C’est ça l’incohérence à mes yeux. J’ai pris la parole pour essayer d’expliquer cela à mes collègues députés. Malheureusement, on ne m’a pas permis d’aller au bout de mes idées. C’est pourquoi je n’ai pas pu convaincre mes collègues de cette incohérence. Moi, je pense que ces coordinations régionales sont des structures de trafic d’influence et ce sont des organisations promotrices de l’ethnocentrisme. Il y a la nécessité d’interdire leur existence. Mais pour pouvoir le faire, il faut supprimer d’abord l’aliéna 2 de l’article 11 de la Constitution qui les reconnait déjà sous le nom des institutions communautaires. C’est cet aliéna là que je souhaite d’abord qu’il soit supprimer au lieu de faire un procès d’intention contre les coordinations régionales. Il faut d’abord supprimer carrément ce qui les donne les prérogatives constitutionnelles. C’est cette démarche là que j’ai souhaité et c’est pourquoi je me suis abstenu au vote », explique-t-il.

Youssouf Keita

+224 666487130     

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.