Résultats de l’autopsie de l’homicide de Thierno à Hamdallaye : « la cause de la mort est due à un traumatisme d’origine balistique… », révèle Charles Wright

Print Friendly, PDF & Email

Comme annoncé précédemment, le Parquet Général de la Cour d’Appel de Conakry a rendu public ce Lundi 06 juin 2022, les résultats de l’autopsie médico-légale et les enquêtes de la police technique et scientifique, en rapport avec la mort par balle de Thierno Mamadou Diallo, à Hamdallaye, le mercredi dernier, alors qu’il serait venu dans un cyber pour transférer des vidéos, dans un ordinateur.

Le Procureur Général a lors d’un point de presse qu’il a tenu ce lundi 06 juin, porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que les témoins des faits ont été identifiés avec la garantie de leur protection, pour l’identification sans délai de l’auteur des faits.

Après la divulgation des différents résultats obtenus, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry a dans sa communication relative à l’autopsie médico-légale du corps, indiqué : « Monsieur Thierno Mamadou Diallo, un traumatisme balistique facio-cervical avec un tir unique selon une trajectoire quasi horizontale d’avant en arrière avec un orifice d’entrée à l’hémiface gauche et un orifice de sortie dans la région cervicale à la face postérieure du cou (c3-c4). Ce trajet balistique a entraîné une fracture de la mandibule gauche, une fracture des vertèbres cervicales (c3-c4) avec section médullaire. La mort est consécutive à la section médullaire avec une atteinte du bulbe rachidien qui est le centre cardiorespiratoire responsable d’un arrêt cardiaque et d’une détresse respiratoire. Le Parquet Général, sur la base du rapport médico-légal en date du 03 juin 2022, du service de médicine légale de l’hôpital Ignace Deen porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que la cause de la mort de Thierno Mamadou DIALLO est due à un traumatisme d’origine balistique tiré dans une position de génuflexion probable de la victime »

Dans le même ordre d’idée, le Procureur Général instruit au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Dixinn, conformément aux dispositions des articles 40, 41, 42, 43,44 et 45 du code de procédure pénale : « d’enjoindre par voie de réquisition au Directeur Général de la Police Nationale et du Directeur Régional de la Police de Conakry, la communication sans délai de l’ordre opérationnel des unités d’intervention, notamment les unités de la Brigade Anticriminelle qui patrouillait dans la zone au moment des faits poursuivis sous peine de poursuite Judiciaire pour refus illégal d’un service légalement dû et entrave à l’action de la justice »

Il instruit en outre par voie de réquisition : « le dépôt de la liste de tous les agents des unités d’intervention concernées par le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile dans un délai de trois (03) jours à compter de la présente instruction et le placement des lieux du crime sous mains de justice pour faciliter le travail des enquêteurs. Le Parquet Général rappelle que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur et dans un délai raisonnable dans l’intérêt d’une bonne administration de l’enquête en cours », a rassuré Alphonse Charles Wright tout en mettant en garde contre toute récupération politique d’une enquête judiciaire et réitère qu’il engagera des poursuites judiciaires conformément à la loi.

À retenir que le Parquet Général communiquera le 24 juin 2022 sur l’évolution de l’enquête dans la limite du secret de ladite enquête.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.