Retour triomphal du Syli local, un diplomate français au chevet de Gaoual, à la Une des journaux

Print Friendly, PDF & Email

Au cours de cette semaine qui s’achève, les hebdomadaires Le Lynx, La Lance, L’observateur et le Quotidien national Horoya se sont intéressés à plusieurs sujets dont le retour des joueurs locaux du syli local au CHAN, les budgets électoraux de 2015, 2018 et 2020 et la visite d’un diplomate français à Ousmane Gaoual Diallo à la Maison centrale de Conakry.

Dans sa parution du 10 février 2021, le Quotidien national Horoya a barré à sa Une : « De retour au CHAN Cameroun 2020 : Les joueurs du syli local ont bénéficié d’un accueil triomphal. » Sur la question, le journal révèle que « placée 3ème équipe de cette 6ème édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), l’équipe de Mohamed Kanfory Lappé Bangoura a reçu un accueil triomphal digne des héros, ce lundi, 8 février à Conakry. Dans une atmosphère bon enfant, les joueurs dans l’extase ont été accompagnés dans une ambiance carnavalesque de l’aéroport international de Gbessia au centre d’affaires Kaloum en passant par Kénien, Madina, Coléah. A Kaloum, ils étaient tous attendus par des membres du gouvernement et autres personnalités publiques en vue de les congratuler à l’issue pour leur brillante prestation de compétition. De l’émotion à la joie, le syli a savouré cet après midi la chaleur humaine du peuple. De mémoire des Guinéens, c’est la meilleure performance du syli local depuis la création de cette compétition en 2009. Cela se traduit efficacement par le meilleur niveau du championnat national depuis quelques années. »

Dans le même d’ordre d’idée, la Lance a, dans sa parution du 10 février 2021 titré : « CHAN 2020 : Le Syli s’offre la médaille de bronze ». Sur la question, cet hebdomadaire mentionne « qu’après la belle moisson, l’heure de la récompense a sonné ! Valeureux médaillé de bronze, au terme de la 6ème édition du CHAN Cameroun 2020, le syli national a regagné Conakry ce lundi 8 février aux environs de 14 heures. Il a été triomphalement accueilli par une foule de supporters, sympathisants, fans, parents et amis, de l’aéroport international de Conakry Gbessia jusque dans son QG, un réceptif hôtelier de la place, à Kaloum. Là, le sélectionneur Kanfory Lappé Bangoura et ses poulains qui devraient être reçus par le Président de la République, Alpha Condé, ont finalement été entretenus à leur hôtel par le ministre d’Etat des Sports, Bantama Sow, qui était accompagné par ses cadres. Il faut rappeler qu’en match de classement, le tricolore national a largement dominé le pays hôte, le Cameroun (2-0). Et, pendant tout au long de cette rencontre, notre onze national aura fait un parcours plus qu’élogieux. »

« Guinée : Budgets électoraux 2015, 2018, 2020. CE-Nul, la gestion ! », place ainsi le journal satirique Le Lynx dans sa parution du 8 février 2021. Sur le sujet, il écrit : « L’organisation des élections en Guinée a été au centre de nombreux remous, dont les conséquences directes et indirectes à l’Etat ont entrainé des saignées financières de plusieurs ordres. Au centre de ces phénomènes, la commission électorale nationale indépendante, CENI, dont la gestion du budget électoral est tout, sauf transparente. Et comment ? Cette enquête fait partie de la série d’articles que le Lynx vous propose sur la gouvernance économique en Guinée. Quatre élections sur cinq ont englouti au moins 1 695 milliards de francs guinéens, entre 2015 et 2020. Soit une misère de près de 139 millions d’euros (taux du 5 février 2021). Un budget salé pour un pays classé 178è sur 189 dans l’indice de développement humain en 2019. Selon la note d’info du Rapport sur le développement humain 2020, que le PNUD publie année. La magot représente plus du tiers du budget prévu pour la construction de la route nationale numéro 1 Coyah-Mamou-Dabola de 370 kilomètres, d’un coût évalué à 357 302 942 d’euros. Sauf que la gestion de ce budget électoral n’a connu aucune visibilité et s’effectue dans une opacité sans comparaison. Il n’a pas connu d’audit, ni interne ni externe. Une ‘’indépendance ‘’ inédite de la part de la CENI vis-à-vis de la loi L044, modifiant certaines dispositions de la loi organique L/016 du CNT, portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la commission électorale nationale indépendante (CENI)… »

Quant au journal L’Observateur, il a dans sa parution du 8 février 2021 titré : « Maison centrale : Un diplomate français au chevet d’Ousmane Gaoual. » Sur le sujet, notre confrère précise « qu’Ousmane Gaoual Diallo, placé sous protection consulaire, a rencontré ce vendredi, 5 février 2021, un diplomate français, depuis son lieu de détention, la maison centrale de Conakry. Le coordinateur de la cellule de communication de l’UFDG, a reçu la visite du consul de France en Guinée. M. Diallo est placé en détention depuis bientôt trois mois avec d’autres hauts responsables de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). Ousmane Gaoual Diallo tout comme  d’autres détenus, n’est pas au top de sa forme. Il y a environ deux semaines, il s’est plaint de céphalée intense suite à un furoncle. Lors de son audition au sénat, la semaine dernière, le ministre des Affaires Etrangères de la France, Jean-Yves Ledrian a annoncé que Gaoual était désormais sous la protection consulaire de son pays. »

A la semaine prochaine !

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.