CENI/Retrait de 7 commissaires du processus électoral: Me Salif Kébé assure que “ça ne bloquera pas le processus électoral”

Print Friendly, PDF & Email
Parmi les 17 commissaires de la CENI, 7 issus de l’opposition ont décidé de suspendre leur participation au processus électoral relatif aux élections législatives.
Ce mardi, 24 décembre, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au siège de l’institution, le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Me Salif Kébé a réitéré la détermination de son équipe d’organiser les législatives législatives avec ou sans les commissaires issus de l’opposition.
“(…) Les commissaires qui ont suspendu leurs activités l’ont suspendu que pour le processus électoral. Ils ont leurs bureaux, ils ont leurs postes et ils continuent à travailler à la Ceni. Ils sont commissaires et tout fonctionne comme il faut sauf que, ils ne s’approchent plus du processus électoral pour le moment. Il y a ce qui est processus électoral à la Ceni, il y a la gestion administrative. Donc, les deux ne se mélangent pas”, a-t-il dit.
Parlant de l’impact que cette suspension pourrait causer, le patron de la CENI a souligné que son institution va évaluer les conséquences. Mais, ils ne pourront pas empêcher la tenue des élections prévues le 16 février 2020.
“Par rapport à l’impact, on va évaluer. C’est vrai que quand vous avez 17 et 7 s’en vont, il y a un impact. Mais, on va l’évaluer. Mais, ça ne préjuge pas, ça ne ralentit pas et ça ne bloquera pas le processus électoral. (…).”
Mohamed Cissé, depuis la CENI

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.