Retrait ou suspension : le collectif d’avocats des opposants politiques précise…

Print Friendly, PDF & Email

C’est une information qui a fait assez de bruit ce week-end.  L’on croyait les opposants Ousmane Gaoual Diallo,  Chérif Bah, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui et autres, désormais sans défense, par le fait que le collectif d’avocats qui défend leur cause s’est retiré de la procédure pour, dit-il, éviter de ” cautionner une parodie de justice “. Mais tel n’est pas le cas, à en croire Me Pépé Antoine Lamah, membre dudit collectif. « Effectivement, nous ne nous sommes pas retirés de cette procédure,  nous avons simplement suspendu notre participation. »

Il faut dire qu’il existe bel bien une possibilité pour que les avocats de la Défense signent leur retour dans la procédure, mais avec une condition, que Me Pépé Antoine Lamah donne ici : « La seule et unique condition que nous demandons pour retourner dans cette procédure,  c’est l’assurance des garanties procédurales pour la tenue d’un procès juste et équitable ». 

L’avocat indique que si leurs clients sont en prison, c’est parce que l’Exécutif passe par la justice pour les priver de leur liberté. Une manière de dénoncer une certaine élite politico-judiciaire. Il prend pour cible les magistrats engagés dans la procédure. « Ces conditions-là seront appréciées dans le comportement des magistrats en charge du dossier. »

Le collectif des avocats, qui a également menacé de saisir les juridictions supranationales dans cette affaire, annonce la saisie, dans les jours à venir, de la cour de justice de la CEDEAO.

Yamoussa Camara 

657851102

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.