Revenu dans l’UFDG, Mamadou Barry droit dans ses bottes : ‘’il y a une tendance à persister sur la privatisation des débats en Guinée. Il faudrait que cela cesse’’

Print Friendly, PDF & Email

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) tenue ce samedi au siège du parti à Commandayah, Mamadou Barry, celui qui vient à peine d’être réintégré au sein du parti du chef de file de l’opposition, compte se rattraper dans les prochains jours.

« L’UFDG me manque. Et je vous dis que l’UFDG, c’est dans mon sang. Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de discours parce que le travail nous attend. Il y a des choses qui se préparent. Il serait bon qu’on prenne conscience et qu’on parle de mouvements concertés. Sous le contrôle de la direction, je souhaiterais qu’on apaise un peu les tensions et qu’on se focalise sur l’essentiel.  Il y a une tendance, depuis un certain temps, à continuer et à persister sur la privatisation des débats en Guinée. Il faudrait que cela cesse. Depuis 2009, il y a l’acharnement, on personnalise le débat et on oublie les projets. Il serait bon qu’on s’occupe un peu plus de projets », a déclaré Mamadou Barry devant les militants et sympathisants de l’UFDG.

Il a par ailleurs invité les militants du principal parti d’opposition à ne pas se laisser distraire. « Nous avons suivi beaucoup de choses, surtout l’affaire des 5 milliards. Nous avons suivi aussi des calomnies par-ci, par-là, la composition du cabinet du chef de file de l’Opposition. Et en ce moment, nous avons un dossier en justice. Pour moi, cela n’est rien d’autre que de la distraction. Si on s’occupe de cette distraction, on ne s’occupera pas de l’essentiel. L’essentiel, c’est de structurer l’UFDG. Il faut qu’on structure le programme de développement et socioculturel de l’UFDG à travers son président El hadj Cellou Dalein Diallo.  Ils vont nous distraire pour qu’on ne s’occupe pas de l’essentiel. Au sein de l’UFDG, on va parler du recensement. Vous savez, comme d’habitude, ils vont recenser certains endroits mais pas d’autres. Et les cartes d’électeur vont arriver à certains mais pas à d’autres. Il faut que cela soit connu d’avance et que des dispositions soient prises afin de renforcer les capacités de nos structures à la base », conseille-t-il.

Yaya  Dramé

628380576

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.