Revue de presse] Accusations « légères » contre l’intendant d’Alpha Condé, procès sur le 28 septembre 2009… à la Une des journaux

Au cours de cette semaine qui s’achève, les hebdomadaires, Le Lynx, La Lance, L’observateur et le Quotidien National Horoya se sont intéressés à plusieurs sujets dont le procès sur le 29 septembre 2009, Bernard Goumou cherche à mettre en place un cadre de dialogue inclusif, les accusations « légères » contre l’intendant d’Alpha Condé…

Dans sa parution numéro 8158 du 17 novembre 2022, le Quotidien National Horoya a barré à sa Une : Marchés publics en Guinée : Un broyeur d’avides imprudents ! Sur la question, le journal écrit : «Est-ce une arête devenue foudroyante pour les imprudents ayant un penchant trop prononcé pour l’argent mal acquis ? Un broyeur qui se révèle impitoyable pour des cupides enfuis mais insatiables et insaisissables ? Passer et/ou exécuter un marché public constitue désormais un chemin de croix dès qu’on s’écarte de la règlementation en vigueur. Et échapper aujourd’hui ne veut pas dire qu’on pourra passer entre les mailles, demain ou plus tard. Certains anciens hauts cadres et autres intouchables d’hier l’ont compris à leurs dépens : ils sont tous ou presque, rattrapés à cause du mépris et du manquement constaté dans les procédures de passation des marchés publics. Il y a lieu, d’entrée, de rattraper qu’on entend par marché public, selon le Code des marchés publics, « Tout contrat écrit, conclu à titre onéreux, passé conformément à ses dispositions, par lequel, un entrepreneur, un fournisseur, ou un prestataire de services s’engage envers l’une des personnes morales (…), soit à réaliser des travaux, soit à fournir des biens ou de services moyennant un prix… »

Pour sa part, L’observateur, dans son numéro 1127 du 14 novembre 2022 a mis à sa Une : « Voici les accusations « légères » contre l’intendant d’Alpha Condé. A propos, l’hebdomadaire écrit : « Le parquet de la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières a communiqué le mercredi 9 novembre dernier sur les dossiers en cours d’instruction au sein de cette juridiction anti-corruption. L’affaire du PDG des Groupes Djoma, Kabinet Sylla alias Bill Gates, n’a pas été en marge. Dans ses explications, le substitut du procureur de la Crief, Mme Josephine Loly Tinguiano a rappelé que le PDG des groupes Djoma a été placé sous mandat de dépôt le 03 novembre 2022 pour des ‘’faits précis de corruption, dans le secteur privé, détournement de derniers publics, faux et usage de faux en écriture publique, enrichissement illicite, concussion, abus d’autorité, blanchissement de capitaux et complicité.’’ La procureure a ensuite livré les détails des montants trouvés dans les différents comptes de monsieur Kabinet Sylla, ex-intendant civil d’Alpha Condé… »

Quant à l’hebdomadaire satirique Le Lynx, il a dans sa parution numéro 1596 du 14 novembre 2022 barré à sa Une : Guinée : « Bernard Goumou cherche à mettre en place un cadre de dialogue inclusif. Le quatuor lui brandit ses dix commandements ! » Sur la question, notre confrère précise : « Jeudi 10 novembre, les quatre coalitions politiques majeures du pays ont rencontré le Premier ministre Bernard Goumou, à sa demande. Une rencontre qui s’inscrit dans le processus e la mise en place du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen. A 14h 30 que le chef du gouvernement de la Transition est arrivé au siège de la Cored à Dixinn-Bora, accompagné des facilitatrices. Un huis-clos de trente minutes. A la fin de la rencontre, le Quatuor (ANAD-Alliance nationale pour l’alternance démocratique, CORED-Convergence pour la renaissance de la démocratie en Guinée, Front national pour la défense de la Constitution FNDC-Politique, et le RPG Arc-en-ciel et alliés), ont tendu un mémo : ‘’Conditions préalables du Quatuor et cadre du dialogue politique’’ à l’hôte. Face aux médias, Cellou Baldé de l’UFDG révèle le laïus de Bernard Goumou. Il explique que le Premier ministre a délivré un message dans lequel il se dit satisfait d’être reçu par les acteurs politiques et exhorte les uns et les autres à être prédisposés au dialogue. Il rappelle que la Guinée est une famille, un village. Cellou Baldé rapporte que le PM a réitéré encore que le CNRD, le CNT et les membres du gouvernement ne seront pas candidats aux élections à venir… »

L’hebdomadaire La Lance a, dans son numéro 1344 du 16 novembre 2022 titré : « Guinée : Procès sur le 28 septembre 2009. L’ancien ministre de la Santé reconnait des morts et des viols ».Sur la question, le journal martèle : « Au terme des trois jours de comparution de Cécé Raphael Haba, garde du corps de Toumba Diakité, l’ancien ministre de la Santé et de l’hygiène publique sous Moussa Dadis Camara est passé lundi 14 novembre à la barre. Si le colonel Abdoulaye Chérif Diaby plaide non coupable de l’infraction de non-assistance à personne en danger dont il est poursuivi, il reconnait des morts et des cas de viols enregistrés suite au massacre du 28 septembre 2009. L’accusé n’a pas fait les déballages de Toumba Diakité, mais à la barre, il a été moins réservé que ses prédécesseurs Moussa Tiégboro Camara et Marcel Guilavogui. Ce dernier a nié avoir été présent même aux environs du stade du 28 septembre, théâtre des crimes qui ont fait plus de 150 morts, des milliers de blessés et des disparus, entre autres, parmi les opposants à une éventuelle présidence à vie de Moussa Dadis Camara. Alors que Tiégboro, quoique présent, dit n’avoir pas vu de corps ni assisté à des scènes de viols… »

A la semaine prochaine ! 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.