Riposte contre la polio en Guinée : lancement à Lola de la 2e phase de la campagne de vaccination

Print Friendly, PDF & Email

Réunis dans l’enceinte du centre de santé de la commune à Kpelekoly, le préfet, le secrétaire général chargé des affaires administratives, le représentant de l’UNICEF et les cadres préfectoraux de la santé ont lancé ce vendredi 18 décembre 2020, la deuxième campagne de vaccination contre la poliomyélite de type 2 dans la préfecture de Lola.

Ce lancement qui s’est effectué devant les mères de familles et leurs enfants à l’attente de la première goutte de vaccin.

Pour sa part, le directeur préfectoral de la santé Amara Nana Camara dira : « Cette campagne, c’est pour prévenir l’apparition de la poliomyélite avec ses conséquences de paralysie pour les enfants. Vous avez remarqué depuis un certain temps, cette campagne a commencé depuis des années, mais cette fois-ci, nous avons constaté, il y a un type de poliomyélite qui a changé et qui a causé une épidémie dans notre région. Au total, 18 préfectures sont concernées par cette vaccination et qui sont concernés par cette épidémie de la poliomyélite de type 2 et maintenant nous allons lancer la campagne de  riposte.

 La première campagne a été menée le mois passé. Nous avons fait la première campagne de vaccination contre cette poliomyélite. Aujourd’hui,  c’est le deuxième tour qui est engagé et va durer quatre jours.

Quelle est la stratégie qui a été prise ? Il s’agit de faire le porte-à-porte, les vaccinateurs vont passer dans toutes les familles à partir d’aujourd’hui jusqu’au lundi. Les vaccinateurs vont passer dans les ménages.

 Les cibles de la vaccination sont les enfants de 0 à 5 ans, tous les enfants de 0 à 5 ans de la préfecture sont concernés.

Chaque fois, vous remarquerez qu’on vous parle de polio virus et on vous parle de la vaccination contre la poliomyélite.

Nous avons eu à vaincre la poliomyélite de type 1, de type 3, mais c’est le type 2 qui persiste et tous les efforts sont en train d’être faits.

Nous vous prions d’informer vos collègues pour que les enfants soient gardés à la maison pour que pendant ces quatre jours les enfants puissent bénéficier de la vaccination. »

Pour sa part, le préfet de Lola, Elhadj Sékou Tourama Diabaté a laissé entendre « On n’a pas de discours à tenir, le contexte est déjà situé mais seulement un encouragement. Dans la logique de la santé qui dit ‘’mieux vaut prévenir que guérir’’, avant cette vaccination on accusait nos vieux et vieilles de sorciers si spontanément après l’échauffement du corps d’un enfant, s’il est paralysé, on pointe un doigt accusateur sur les personnes âgées. »

Aminata Condé, correspondante à Lola

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.