Connect with us

A la Une

En route pour la CAN 2023 (Par Thierno Saïdou Diakité)

Published

on

Thierno-Saidou-Diakité-300x224

Thierno Saïdou Diakité

Dans quelques semaines, dans la perspective de l’organisation des phases finales de la CAN 2023, en droite ligne de la session ordinaire du conseil des ministres du 21 juillet dernier, le Comité d’Organisation, COCAN, sera mis en place et meublé. A partir de cet instant, une feuille de route devant nous conduire sans accroc à l’échéance de 2023 est à concevoir. Il est évident que par rapport à l’horizon 2023, et dans un souci de relever ce formidable challenge, le COCAN devra se pencher sur un certain nombre de problèmes. Au nombre de ceux-ci, il y a la prise en compte du Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020. Un document qui sera élaboré conformément à l’Agenda 2030 des Objectifs du Développement Durable (ODD). Ce qui exige tout un effort de réflexion de la part du COCAN. Un travail à faire en synergie avec tous les départements ministériels impliqués dans les divers chantiers exigés par le cahier de charge de la CAF. En d’autres termes, à compter de cette année et jusqu’en 2023, la part de financement de l’Etat pour ce qui concerne les chantiers à ouvrir et le budget du COCAN 2023, devront être intégrés au budget national de développement.

Ensuite, tous projets ou investissements à réaliser à Conakry, Kankan, Labé et N’Zérékoré retenus comme sites de la CAN devront désormais tenir compte de ce paramètre. Un impératif qui conduira à impliquer le COCAN, et les ministères concernés à une harmonisation de toutes les politiques de développement local et national. Ce qui nous éviterait d’éventuels désagréments dans la mise en œuvre du chronogramme des préparatifs.

En relation avec la fédération, et le ministère en charge des sports, le COCAN inscrira dans son agenda la problématique d’une compétition intermédiaire avant l’échéance de 2023. A l’instar de bien des pays, qui ont abrité cette compétition continentale, il serait difficile pour nous d’organiser d’un trait la CAN 2023 sans au préalable une compétition intermédiaire. Hormis la CAN des cadets que nous avons abrité au mois de mai 1999, depuis cette date, la Guinée n’a pas organisé de compétition continentale. Ce qui veut dire, que dans le domaine des infrastructures et du management des manifestations sportives, il y a un vide à combler. D’ici donc l’échéance de 2023, nous devons absolument postuler à une compétition, qui va nous permettre de tester nos capacités managériales, et au plan des infrastructures réduire les investissements à faire. Pour se faire donc, nous avons le choix entre les compétitions suivantes :

La CAN junior de 2019 ou 2021. L’édition de 2017 où nous sommes qualifiés revenant à la Zambie

Nous ne pouvons plus postuler au CHAN avant 2023, puisque les éditions de 2018 et 2020 ont été attribuées successivement au Kenya et à l’Ethiopie.

Dans l’optique de véritablement réussir la CAN 2023, cette approche d’une compétition intermédiaire est impérative. Si le choix de la CAN des juniors n’est pas retenu, l’on pourrait à défaut organiser un tournoi dénommé ‘’ le trophée de la Mano River’’ programmé en 2020, trois ans avant la CAN. Une compétition, qui nous permettra de tester toutes les infrastructures avec des rencontres programmées à Conakry, Labé, Kankan et N’Zérékoré. Nous procéderons ainsi aux ultimes réglages avant la CAN proprement dite.

Un autre argument objectif qui plaide pour cette démarche concerne le financement des investissements à réaliser. Les chantiers à ouvrir pour la CAN 2023 sont nombreux et exigent de très importants financements, qu’il ne serait pas aisé à mobiliser. Sur les séquences 2016- 2019 ou 2016-2021, en fonction de l’option choisie pour la compétition intermédiaire à organiser, nous aurons beaucoup plus de facilité à trouver les ressources financières destinées aux chantiers à ouvrir. Le cahier de charges de la CAF pour la compétition intermédiaire choisie n’exige pas quatre sites minimum. En l’espace donc de trois ou cinq ans, nous sommes bien en mesure de recevoir un rendez-vous sportif d’envergure continentale. Un suivi méticuleux de la planification faite devrait nous permettre de relever ce challenge.

thiernosaidoudiakite@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook