Route Faranah-Banfèlè : un véritable calvaire pour les usagers

Print Friendly, PDF & Email

Depuis belle lurette, la route qui relie le centre urbain de Faranah aux localités de Sankaran se trouve dans un état de dégradation très poussé. Sur cette route longue de 85 kilomètres, les troux béants, les nids de poule et les faussés sont entre autres éléments qu’on retrouve sur cette route.

Interrogés sur la situation, certains usagers de cette route nous ont parlé les difficultés qu’ils rencontrent. C’est le cas de Kaka Oularé, un citoyen du district de Magna situé à  une dizaine de kilomètres de Faranah centre.

« Notre route est complètement dégradée. Depuis longtemps, nous avons entamé de travaux d’entretien de cette route. A commencer le secteur Bonifè en passant par notre village pour atteindre Koumandi-koura jusqu’à Banfèlè, chaque fois on  les s’organise pour les travaux d’entretien de cette route mais les moyens nous manquent. Nos productions agricoles peinent d’être écoulés pour la ville faute de l’état de la route.  Quand il s’agit d’évacuer  un malade surtout les femmes en travail nous rencontrons toutes les difficultés. Les ponts qui ont été contruits n’étaient pas garantis. À commencer par la  rivière de Founkama jusqu’à la limite de Faranah et Kouroussa, tous les ponts ont cédé. A Founkama  d’ailleurs, les motards passent sur la digue d’un bafond et avec ça il y’a assez d’accidents. »

De son coté, Mamady Traoré du district Kabayah lance un appel  aux  autorités : « Nous avons beaucoup soufferts à cause de cette route. Nous demandons au gouvernement et ses partenaires de nous aider pour l’amour de Dieu. Nous  nous ne sommes que des paysans, si nos cultures peinent à  être acheminer vers la ville, c’est un problème. Que le gouvernement sache aussi que cette route est la plus courte pour se rendre à Kouroussa. Il y’a eu assez de promesses, mais jusqu’à présent,  il n’y a pas de concret »,  a-t-il lancé.

Lanciné Keita, depuis Faranah 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.