RPG à Siguiri : des militants de première heure laissés pour compte par le régime, dit un septuagénaire

Print Friendly, PDF & Email

Dès les premières heures, ce vieux du nom de Sékou Toubabou Kéita a intégré les rangs du RPG dans les années 1992. A cette époque, la situation de ce parti était très dure car c’est le feu président général Lansana Conté qui était au pouvoir. Ce vieux, l’un des premiers membres fondateurs du parti au pouvoir dans la préfecture de Siguiri est aujourd’hui dans une désolation totale malgré l’espoir qu’il avait avant l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir en 2010. Le récit…. 

« C’est l’un de nos amis qui est venu de Lola nous dire qu’ils ont commencé une chose concernant Alpha Condé, qu’il veut nous intégrer, nous avons dit directement que cela ne nous laisserait pas indifférent. C’est ainsi que j’ai appelé Moussa Thiam pour nous rendre chez Mamadi Magassouba et là-bas il s’est expliqué et lui à son tour, a félicité le projet ; donc Sékou Toubabou va dire à Siaki Bory comme lui c’est un enseignant, il connaît les vrais acteurs de la zone de Siguiri et on a impliqué Bakary Tassa  plus Moriba Kouyaté et Mamadi Doumbouya ainsi qu’une femme appelée Kédjougou Fanta puisqu’ils avaient dit d’insérer une femme, j’ai appelé Fanta Danwo, Assa Sangaré, Hadja Sétou et Hadja Mankou. Après avoir rassemblé tous ceux-ci, nous avons tenu les premières réunions. Il a appelé le frère d’Alpha Condé du nom de Malick Condé (paix à son âme), donc nous sommes au nombre de 11, tous premiers fondateurs du RPG à Siguiri, c’est après tout que Malick Condé a fait le compte-rendu à son frère, en lui disant que les sages de Siguiri ont accepté d’intégrer le parti, bien que des colas n’ont pas été présentées mais par ton amour, on crée ton parti à Siguiri. C’est ainsi qu’on a mis en place ce parti. Nous sommes les fondateurs, aujourd’hui on est ignorés, oubliés et jetés. Le premier du RPG c’est Siaki Bory qui était le président mais tous les jours on était frappés, bastonnés, ils nous jetaient des cailloux. A cette époque, nous avions tous acheté nos cercueils parce que tous les jours que Dieu faisait, on disait qu’on est mort. Depuis qu’Alpha Condé a eu le pouvoir, il nous a oubliés, nos fils qui sont pris comme ministres sont aussi pires », a regretté Sékou Toubabou Kéita.

Poursuivant, en plus de son oubli total par Alpha Condé, beaucoup de promesses ont été prises sans être réalisées ; un feu de paille. « Alpha Condé même m’a dit qu’il va donner un tracteur agricole à Moussa Thiam et moi, mais depuis lors rien. Aujourd’hui, moi je me nourris à travers les fagots de bois, j’ai perdu un bras à cause d’Alpha Condé on m’a tiré sur mon bras…, c’est décevant. Avant qu’il ne soit au pouvoir, il sortait et entrait avec nous, mais depuis qu’il est parti à Sèkhoutouréya, ce n’est plus possible, d’ailleurs les ministres qui sont nos fils se moquent de nous, mais Dieu est grand. Nous, on a été vraiment mal récompensés, on n’a bénéficié de rien », lance-t-il.

Moussa Koutoubou Condé, correspondant à Siguiri

+224622478601

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.