Sahel: nécessité d’agir pour la protection des agents de santé, femmes, enfants et adolescents

Print Friendly, PDF & Email

Dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, le PMNCH, plus grande alliance mondiale pour la santé et le bien-être des femmes, enfants et adolescents, évoque les menaces que les situations de conflit dans le Sahel font peser sur les femmes, les enfants et les adolescents et appelle en urgence à leur protection ainsi que des agents de santé et des professionnels humanitaires qui les assistent.

« Les femmes, les enfants et les adolescents, ainsi que les professionnels de la santé et des organisations humanitaires qui leur offrent des soins et de l’aide, sont confrontés à des défis croissants et à des risques mettant leur vie en danger en ces temps d’escalade des conflits et de crises humanitaires dans le monde entier ».  Ce constat amer paru dans ‘British Medical Journal’ (BMJ) cette semaine en marge de la Semaine mondiale de la vaccination (24-30 avril 2022) et relayé par le communiqué de presse de PMNCH en dit long sur les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes vulnérables et le personnel de santé affecté dans la zone sahélienne pour les assister. La tribune publiée dans le BMJ est co-signée par Helen Clark et Kersti Kaljulaid, deux femmes leaders de classe mondiale. La première est la présidente du conseil d’administration du PMNCH et ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande. La seconde est défenseur mondial du Secrétaire général de l’ONU pour le programme ‘’Chaque femme, chaque enfant’’ et ancienne présidente de l’Estonie.

Selon le communiqué, la guerre en Ukraine a « capté toute l’attention du monde » dans un contexte où « de nombreux autres conflits de longue date et en pleine expansion méritent également l’attention et une mobilisation politique à l’échelle mondiale ».

Protéger les protecteurs au Sahel

Dans la région du Sahel, rappelle le PMNCH, les pays comme le Nigéria, le Burkina Faso, le Mali et le Niger font l’objet d’attaques violentes de la part d’insurgés extrémistes et de groupes armés non identifiés, ce qui occasionne des conséquences humanitaires inquiétantes.  Les conflits armés et les attaques perpétrées contre les civils ont provoqué le déplacement de près de trois millions de personnes, dont près d’un million depuis janvier 2019. « Dans les situations chaotiques et désespérantes provoquées par les conflits, dans les contextes humanitaires affligeants, les agents de santé et d’assistance sont des acteurs clés du dispositif de protection et d’assistance aux populations victimes et affectées. Leur intervention permet d’entretenir chez les populations touchées l’espoir de la jouissance du droit à la santé et au bien-être », a déclaré Marleen Temmerman,  Directrice du Centre d’Excellence pour la Santé de la Femme et de l’Enfant de l’Aga Khan University East Africa et membre du conseil d’administration du PMNCH.

« Les préjudices et pertes causés aux agents de santé et d’assistance dans les zones de conflits appellent à des réponses multisectorielles et équitable.  Il est temps d’agir pour protéger ceux qui protègent la santé et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents, même dans des contextes sécuritaires périlleux. Il est temps, pour tous les acteurs engagés sur les terrains humanitaires, de prendre des actions concrètes et innovantes afin que les agents de santé ne subissent plus de dommages et ne perdent plus la vie en accomplissant leur mission », a-t-elle ajouté.

Réponse multisectorielle

Helen Clark et Kersti Kaljulaid appellent à une réponse multisectorielle pour garantir la continuité des services pour les femmes, les enfants et les adolescents dans les zones en proie à des conflits et dans des situations humanitaires ».

Elles exhortent également les dirigeants du monde entier à prendre l’engagement de s’investir davantage dans les mesures de sécurité et de protection des professionnels de la santé et des organisations humanitaires qui risquent leur vie en cherchant à offrir des services, un soutien et des soins aux femmes, aux enfants et aux adolescents vulnérables dans des conditions extrêmement difficiles. 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.