Saïkou Yaya de l’UFR : « ils n’ont qu’à augmenter à 50.000 FG le litre, ce n’est pas mon problème»

Print Friendly, PDF & Email

L’annonce d’une éventuelle augmentation du prix des produits pétroliers après le mois de Ramadan continue de susciter des réactions dans la cité. 

C’est au tour du secrétaire exécutif de l’Union des forces républicaines de faire son commentaire. Pour l’honorable Saikou Yaya Barry, le gouvernement guinéen n’a pas respecté le principe de flexibilité.  Par contre, poursuit-il, l’État doit subventionner le carburant pour éviter que la population ne souffre. C’est d’abord le Premier ministre, Kassory Fofana, qui a annoncé la cherté de la vie dans les mois à venir en Guinée.  Ensuite le ministre des Hydrocarbures qui soutient que le prix du litre va être augmenté si le baril ne baisse pas à l’international. Bien que l’affaire concernant les produits pétroliers soit mondiale, Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des forces républicaines,  ne partage pas l’avis d’un gouvernement qui, selon lui, ne respecte pas le principe de flexibilité.

« Quand c’était en baisse,  c’est l’Etat qui s’est enrichi sur le dos des populations, parce qu’ils n’ont pas baissé le prix du carburant.  On pouvait arriver ici à 4500FG le litre. Alors, quand vous prenez cette période-là et vous prenez la période d’augmentation aujourd’hui,  je dirais au gouvernement comme ils ont économisé autant d’argent sur le dos des Guinéens,  c’est de prendre cet argent pour subventionner le carburant.  C’est aussi simple que ça », dit-il. 

Sans nul doute, s’il y aura augmentation,  ce sont des pauvres citoyens qui vont payer un lourd tribut. L’honorable Saikou Yaya Barry soutient cette thèse, mais laisse entendre que c’est la population elle-même qui a creusé sa propre tombe dans cette circonstance.

« Nous avons voulu avoir un système qui nous piétine, qui nous opprime,  qui pille nos biens et qu’ils prennent ça pour leurs propres biens. On les regarde faire. Vivement, ils n’ont qu’à augmenter à cinquante mille le litre, ce n’est pas mon problème.  Nous allons souffrir tous. », soupire-t-il.

« Je n’ai aucun appel à lancer à l’endroit de cette population », a-t-il conclu. 

Yamoussa Camara 

657851102

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.