Salam Sow : ‘’le football guinéen est maudit’’

Print Friendly, PDF & Email

Abdoul Salam Sow. Son nom rappelle les gloires du du football guinéen. Le ”Golden boy”, comme on l’appelait affectueusement, était un champion du ballon. Sa maîtrise parfaite du cuir rond avait fait de l’enfant de Saramoussayah (une sous-préfecture perdue entre Mamou et Dabola) l’un des chouchous du Syli national de Guinée. Aujourd’hui, Salam n’a pas que de beaux souvenirs.  Des regrets, il les collectionne à la pelle au point d’inviter les plus jeunes à épouser la bonne femme. C’était sur CIS tv avec le journaliste Bah Mohamed qu’il a reçu à son domicile à Coléah, un des quartiers les plus pauvres de la capitale Conakry.

Le football, ce milieu de terrain de 49 ans l’avait. C’est pourquoi il raconte que la défaite à Conakry du Syli national face aux Lions indomptables du Cameroun a été son pire souvenir de sa belle et riche carrière de footballeur, au cours de laquelle, révèle-t-il, n’avoir jamais gagné 10 000 dollars par mois…

De toute ma carrière, je n’ai jamais gagné 10 mille dollars par mois

De toute ma carrière je n’ai jamais gagné 10 mille dollars par mois. Mais ça m’arrivait d’emmagasiner un petit peu, mettre un peu d’argent de côté parce que j’ai une famille en Guinée, il y a ma maman et il faut subvenir aux besoins de tout ce beau monde mais comme on dit dans la vie il faut avoir 80% de chance en Europe plus 20% de talent, tu joueras dans les plus grands clubs du monde. Le talent ne suffit pas, il y a la chance, après tu choisis avec qui tu dois avancer. Ceux qui te disent ici c’est toi qui est là c’est faux.

Il faut avoir une femme qui t’accompagne et tu te confies à elle

J’ai l’occasion pour dire aux jeunes aujourd’hui, ceux qui évoluent au plus grand niveau, à un moment donné il faut choisir une femme. Vous savez pourquoi ? La femme chasse les escrocs. Quand tu es seul, tu es vulnérable. Il faut avoir une femme qui t’accompagne et tu te confies à elle. Moi je n’ai pas eu cette chance. Et un gars comme Collo l’a eu et il a atteint un certain sommet et il a été l’un des plus grands défenseurs que le football français a connu. Il a été plus grand que Laurent Blanc.

Mon pire souvenir c’était de perdre contre le Cameroun

Mon pire souvenir c’était de perdre contre le Cameroun parce qu’on a fait le match et le Cameroun a gagné (la qualification] à la coupe du monde. Parce que c’était notre souhait absolu après la CAN, 14 ans d’aller à la coupe du monde. On a fait le match, le Cameroun a gagné. Parce qu’on était forts. Je devais avoir 27 ans, 28 ans. Quand on a vu le terrain, j’ai dit on va gagner. Mais je te dis une chose, le football guinéen est maudit. Regardez !!!

Par Maciré CAMARA

1 Commentaire
  1. Mamadou Saliou BALDE 1 mois il y a
    Repondre

    C’est pas seulement le football qui est maudit en Guinée, même certains guinéens sont maudits. Avec toutes nos resources, la Guinée est toujours miserables, avec des dirigeants mediocres, malhonnêtes et corrompus et accepter par cette population.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.