Connect with us

Societé

Salon des Entrepreneurs de Guinée : trois jeunes entrepreneurs guinéens distingués

Les activités du salon des entrepreneurs de Guinée se poursuivent par des conférences-débats qui sont animées par des experts nationaux et internationaux. Dans la soirée d’hier mardi, les organisateurs du SADEN ont organisé un concours dénommé ‘’meilleur jeune entrepreneur de l’année’’ aux aspirants entrepreneurs guinéens en association avec les incubateurs Saboutech, Osez innover et les Studios Kirah.

Le concours portait sur des projets sur trois catégories : tourisme et culture, technologie, agriculture et engagement social. A l’issue du concours, un jury composé de représentants issus de l’écosystème entrepreneurial a distingué trois jeunes dans les trois catégories cités ci-haut. Chacun des lauréats est reparti avec un prix de 5 millions de francs guinéens et une période de 6 mois d’incubation  avec des partenaires de l’AGUIPE.

Dans la catégorie Tourisme et culture, Abdourahmane Diallo, fondateur de la marque ‘’cauris wear’’ a précisé : « Notre marque s’est inspirée de la coutume des chaussures et danseurs africains vêtus d’habits avec des cauris et amulettes pour la protection. Par ce projet, nous comptons moderniser le concept afin de pouvoir exprimer notre culture. On s’est fait connaitre à travers ce prix et j’espère qu’avec l’incubation, on pourra établir un business plan solide pour avoir un investissement et surtout pouvoir offrir nos articles à des prix raisonnables », a-t-il déclaré, avant de repartir avec 5 millions GNF et six mois d’incubation au studio Kirah.

Dans la catégorie Technologie, Mamadou Cellou Diallo, étudiant en L3 Génie informatique à l’Université Amadou Dieng. Avec son procès ‘’Djawo’’ il repart avec 5 millions GNF et 6 mois d’incubation chez Saboutech.

« Le projet Djawo est un dispositif électronique qui possède en son sein des informations personnelles identiques à celles de la carte d’identité nationale. Il possède également des informations médicales dans lesquelles il y a les groupes sanguins, les allergies, les antécédents maladifs, des numéros d’urgence. C’est un dispositif qu’on peut mettre dans n’importe quel support. Il peut être mis sur des bracelets, chaînes, montres et montures de bagues », a-t-il dit.

En agriculture et engagement social, Bangaly Bangoura repart avec 5 millions et 6 mois d’incubation chez Osez innover. Son projet ‘’Dognin fangnin’’ consiste en la transformation du manioc en couscous d’atiéké frais sans additif de conservation durant un mois.

Youssouf Keita

 

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter